Plein de projets prêts à germer

Près de 350 personnes ont assisté au Forum... (Spectre média, Marie-Lou Béland)

Agrandir

Près de 350 personnes ont assisté au Forum créatif de Ville nourricière dimanche, au Théâtre Granada, et la quinzaine de conférenciers ont permis de convaincre les visiteurs qu'ils pouvaient être des acteurs de changements et de motiver ceux qui avaient des projets à aller de l'avant, assurent les organisateurs de l'événement.

Spectre média, Marie-Lou Béland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) L'an 2017 devrait être faste en ce qui concerne l'agriculture urbaine à Sherbrooke.

Près de 350 personnes ont assisté au Forum créatif de Ville nourricière dimanche, au Théâtre Granada, et la quinzaine de conférenciers ont permis de convaincre les visiteurs qu'ils pouvaient être des acteurs de changements et de motiver ceux qui avaient des projets à aller de l'avant avec ces derniers, indique le directeur des partenariats et du développement pour Ville nourricière, Laurence-Olivier Néron.

« C'était l'objectif de l'événement. On voulait inspirer les gens et c'était vraiment un groupe intéressant. Le premier était Émile Gariépy, qu'on a vu à l'émission Dans l'oeil du dragon et qui a démarré son entreprise à 10 ans. Il nous amène à oser. Si lui peut le faire, tout le monde peut. »

De son propre aveu, le moment attendu de la journée était la tenue du forum créatif, où tout le monde était appelé à participer et à présenter de nouvelles solutions pour Sherbrooke et les environs. Plusieurs projets sont bien avancés et devraient voir le jour dès l'an prochain, signale M. Néron.

« Il y a le projet des Jardins de la cité qui avait été lancé il y a deux ans pour occuper l'espace oublié derrière la bibliothèque Éva-Senécal. Le groupe cherche seulement un porteur pour le projet, puisque les autorisations sont déjà données pour le terrain privé. Il y a aussi un projet pour éliminer le gaspillage alimentaire à Shebrrooke et récupérer la nourriture des gens. C'est déjà en marche et avec le Frigo Free go on voit qu'il y a un intérêt pour ça. Au Québec, on gaspille entre 35 et 55 % de la nourriture. Si on enlevait ça, ce serait énorme. Et on souhaite aussi se manifester au niveau politique pour instaurer des règlements afin de rendre les citoyens plus écoresponsables », résume-t-il.

Laurence-Olivier Néron était particulièrement satisfait en raison de la diversité des personnes présentes, qui étaient issus tant des milieux sociaux, politiques et entrepreneuriaux.

« Tout le monde était représenté. C'était vraiment intéressant et c'est ça la richesse de l'événement. Ça ne sert à rien de faire des projets comme ça et qu'il y ait des exclus. »

Les raisons qui motivaient les visiteurs à se présenter au forum créatif étaient toutes aussi variées.

« J'ai toujours été intéressé par le concept d'une ville autonome au niveau alimentaire. Je trouve que c'est un beau projet de société dans le contexte actuel, où il y a de plus en plus de monde et de moins en moins de ressources », mentionne Benjamin Carpataux-Blache.

« C'est un bon endroit pour créer des liens, établir des contacts pour savoir ce qu'on peut faire de plus ou de mieux », mentionne la directrice du Carrefour Accès Loisir, Martine Staehler, qui chapeaute notamment des projets de jardinage à l'école Larocque et dans un camp de jour.

« C'est une journée intéressante, parce qu'on réalise que des petits gestes accessibles peuvent faire une grande différence, et de voir autant de jeunes qui s'intéressent à notre terre ici, ça me donne espoir. Ça fait rêver », souligne Monique Dupuis, qui participait au forum en compagnie de l'amie de son fils.

Le Forum créatif de Ville nourricière se déplacera à la pointe Cabana, à Magog, les 24 et 25 septembre. Il amorcera ensuite une tournée européenne de six présentations de janvier jusqu'à la fin avril.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer