Les États-Unis gardent leurs fidèles

Les vacanciers qui rentraient au Québec en passant... (Spectre média, Julien Chamberland)

Agrandir

Les vacanciers qui rentraient au Québec en passant par Stanstead n'ont pas eu à attendre de longues minutes avant de parler à un agent des services frontaliers durant la journée de dimanche.

Spectre média, Julien Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Stanstead) Les inconditionnels des vacances à la plage continuent à se rendre aux États-Unis, en saison estivale, malgré la nette diminution de la devise canadienne vis-à-vis celle de nos voisins américains.

Rencontrée au poste-frontière de Stanstead dimanche, Vicky Champagne rentrait d'un voyage de deux semaines aux États-Unis avec son conjoint et trois de ses filles. Elle ne regrettait pas son choix de destination.

« On est allé en Caroline du Sud deux semaines. Il faut rouler en voiture un bon moment pour arriver à destination, mais c'est plaisant une fois là-bas. À Myrtle Beach, l'eau à la plage est chaude et, le soir, l'offre d'activités est assez intéressante. Nos enfants aiment l'endroit », a expliqué Mme Champagne.

Cette résidente d'Asbestos et sa famille sont des habitués des vacances en sol américain. « Ça fait huit ans de suite qu'on va là en été. Mais on fait quand même des sorties en moto au Québec et on adore ça également », confie-t-elle.

Pour économiser, Vicky Champagne et son conjoint évitent le plus possible les repas au restaurant lorsqu'ils profitent de vacances aux États-Unis. Le couple a par surcroît réservé son hébergement environ huit mois à l'avance pour faire des économies.

« On a fait nos réservations lors du Cyber Monday en novembre dernier. On a eu un très bon prix. Ça nous a permis d'économiser beaucoup d'argent et de faire en sorte qu'on ne soit pas pénalisé du tout par le taux de change. »

Ayant aussi traversé la frontière dimanche après-midi à Stanstead, Christian Dupuis et sa conjointe, Linda Cloutier, retournent pour leur part aux États-Unis tous les étés depuis deux décennies.

« On arrive de Wells, indiquait M. Dupuis. C'est sûr que le taux de change est défavorable pour les Québécois, mais ça ne nous influence pas. La mer et le soleil nous attirent trop. On préfère se priver à d'autres endroits plutôt que de ne pas aller sur la côte l'été. »

En ce qui concerne le coût des vacances aux États-Unis, Linda Cloutier soulignait à juste de titre que l'essence est moins dispendieuse au sud de la frontière. « Il faut en tenir compte dans les calculs », a-t-elle noté.

Le couple était cependant bien conscient que les Québécois sont moins nombreux sur les plages de la Côte Est des États-Unis cet été. « Au camping où on était, la propriétaire nous disait qu'elle avait 18 pour cent moins de Québécois. »

Peu d'attente

Les vacanciers qui rentraient au Québec en passant par Stanstead n'ont pas eu à attendre de longues minutes avant de parler à un agent des services frontaliers durant la journée de dimanche.

« Nous n'avons pas eu plus de 10 à 15 minutes d'attente aujourd'hui (dimanche), a révélé Anick Marcil, superviseure au poste frontalier de Stanstead. La journée de vendredi a clairement été plus achalandée. On a atteint les 45 minutes d'attente à un certain moment ce jour-là. »

Selon les informations transmises par Mme Marcil, ce sont entre 1600 et 1700 véhicules qui se sont arrêtés au poste-frontière de Stanstead dimanche. Vendredi, on avait atteint le cap des 2400 véhicules.

La superviseure du poste-frontière de Stanstead remarque par ailleurs que davantage de citoyens américains traversent la frontière cette année, comparativement à ce qu'on observait ces dernières années.

Quant aux Québécois, ils séjourneraient dorénavant moins longtemps au pays de l'Oncle Sam. Les séjours estivaux de trois à quatre journées seraient plus fréquents que par le passé, d'après Mme Marcil.

Cela dit, si l'entrée au Canada s'effectuait sans une longue attente à Stanstead, il fallait être patient pour pénétrer aux États-Unis au même endroit. Les gens qui empruntaient l'autoroute 55 pour quitter le Canada ont dans certains cas attendu plus d'une heure dimanche à la frontière.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer