La cousine de Judith Elemond Plante se vide le coeur

Photo Facebook...

Agrandir

Photo Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Victoriaville) Judith Elemond Plante et sa cousine Annie ne se voyaient pas quotidiennement, mais elles se donnaient des nouvelles dès que leurs vies chargées leur accordaient une minute. C'est avec stupéfaction qu'Annie a appris l'assassinat violent de sa cousine et le contexte dans lequel le crime a été perpétré.

Mme Elemond s'explique mal comment sa proche a pu en arriver à rencontrer Jean-François Toupin Houle dans son appartement, sans qu'il y ait d'autres gens à proximité. Elle considère cette façon de faire hautement dangereuse.« Aucune fille ne devrait rencontrer seule un homme lors d'un premier rendez-vous. Surtout si celui-ci a été rencontré sur le net. Il faut toujours garder en tête qu'un homme est généralement plus fort qu'une femme, convient-elle. Judith a été naïve le temps d'une seconde de lui faire confiance et elle en a payé de sa vie ».

Annie n'adhère pas à la thèse voulant que sa cousine ait été victime d'un jeu sexuel ayant été trop loin. À son avis, il est peu probable de mourir dans de telles circonstances et, si ça avait été le cas, Toupin Houle n'aurait pas été accusé de meurtre prémédité.

« Jean-François peut bien raconter ce qu'il veut, personne ne saura vraiment la réalité. Il me semble que si la mort avait été causée par un jeu sexuel, il aurait pu la lâcher lorsqu'elle se débattait », estime-t-elle.

Une maman modèle

Tant les collègues de travail de Judith Elemond Plante, chez Bizou et Silhouette, qu'Annie Elemond s'entendent pour dire que la victime était une merveilleuse maman. Cette dernière avait même pris congé afin de célébrer le premier anniversaire de naissance de la petite Ophelie, sa fierté.

« C'était le genre de maman que tout le monde veut avoir. Ma cousine était une personne merveilleuse. Elle aurait tout fait pour sa fille, pour sa famille et pour ses amis », conclut-elle.

Jean-François Toupin Houle sera de retour devant le Tribunal le 2 septembre. À cette date, la Couronne devrait être en mesure de remettre suffisamment d'éléments de preuve afin que la défense soit en mesure de bien évaluer sa stratégie.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer