Nouveau départ pour les Sommets de la santé

Si tout se déroule rondement, les Sommets de... (Spectre Média, Jessica Garneau)

Agrandir

Si tout se déroule rondement, les Sommets de la santé pourraient être relancés en 2017.

Spectre Média, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Treize ans après avoir été lancé et sept ans après la première pelletée de terre, les Sommets de la santé, situés le long de la route 216 en face du Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke, devraient être relancés en 2017. Les litiges entre les propriétaires des différents terrains concernés sont réglés depuis quelques semaines.

La compagnie Capital-Concept, basée dans les Laurentides, détenait les terrains de la phase 1 du projet. Elle a maintenant acquis les terrains adjacents pour la somme de 1,5 M$, si bien qu'elle est le seul maître d'oeuvre pour développer les Sommets de la santé.

Normand Leblanc, président de Capital-Concept, confirme être arrivé à une entente il y a environ un mois. « Nous pourrons maintenant nous concentrer sur le développement, sans embûches et sans obstacle. »

Rappelons que 4 M$ ont déjà été injectés dans le projet, selon M. Leblanc, notamment pour la construction d'une rue et d'un carrefour giratoire haut de gamme devant le CHUS-Fleurimont en 2010. Des trottoirs et des réverbères avaient aussi été construits. Des bâtiments résidentiels et commerciaux évalués à un demi-milliard de dollars devaient ensuite être érigés. La Ville avait pour sa part investi 1,1 M$ pour le surdimensionnement des conduites et prévoyait rentabiliser son investissement en moins de trois ans grâce à l'entrée de taxes.

Mais voilà, plusieurs différends ont fait entrer le site en dormance pendant près de six ans. Normand Leblanc jugeait entre autres que les demandes de la Ville étaient trop exigeantes pour l'ajout des services d'aqueduc et d'égout dans une zone de réserve. Puis, les propriétaires des terrains adjacents ne s'entendaient pas sur les priorités de construction. Ces conflits seraient maintenant de l'histoire ancienne.

« Nous sommes en train de plancher sur un nouveau plan de développement avec d'autres investisseurs. Les plans initiaux sont encore bons, mais nous en livrerons une version améliorée, plus accessible pour la population locale», fait valoir M. Leblanc.

Il est toujours prévu que les bâtiments en bordure de la route 216 soient à vocation commerciale. Il est toutefois trop tôt pour déterminer s'ils seront construits en premier, comme projeté dans les plans initiaux.

« Il faut faire approuver nos plans. Il faudra s'asseoir avec la Ville et rétablir les liens de confiance, parce qu'il y avait trop de joueurs dans le dossier dans le passé. Parce que nous avons racheté tous les terrains, ils verront que nous sommes sérieux. Il ne serait pas farfelu de penser que nous pourrions commencer les travaux à la fin de 2016, mais il serait plus prudent de parler de 2017. Nous visons la réalisation en deux phases, pas plus, pour ne pas trop étirer ça. »

Une clinique médicale et 300 unités de logement sont entre autres projetées. « Nous avons injecté beaucoup d'argent. Maintenant, il faut le faire fructifier. »

La conseillère Danielle Berthold y voit une bonne nouvelle, considérant que la Ville a investi plus d'un million de dollars dans le projet. « C'est d'ailleurs un des derniers projets dans lequel la Ville a payé pour l'ouverture de la rue. »

Dans le passé, des investisseurs avaient démontré un intérêt pour y construire un hôtel, une station-service, une pharmacie et une clinique médicale.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer