Quatre étudiants de l'UdeS décorés par l'industrie des normes

Le premier prix du Défi universitaire national de Groupe... (Groupe CSA)

Agrandir

Le premier prix du Défi universitaire national de Groupe CSA a été décerné à un quatuor d'étudiants de l'Université de Sherbrooke formé de Raphael Gosselin, Anthony Côté, Antoine Lamontagne-Dalphond et Hugo Houde-Brouillette. L'équipe sherbrookoise a reçu une bourse de 4000 $ des mains du président directeur-général de Groupe CSA, David Weinstein.

Groupe CSA

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Alain Goupil</p>
Alain Goupil
La Tribune

(Sherbrooke) Des étudiants de l'Université de Sherbrooke ont peut-être trouvé une façon de rendre l'industrie du ciment moins dommageable pour l'environnement. Leur solution consiste à réduire la quantité de ciment utilisée en ayant recours à des ajouts cimentaires alternatifs dont l'impact environnemental est moindre que ceux utilisée présentement dans l'industrie.

Cette approche a valu au quatuor sherbrookois formé de Raphael Gosselin, Anthony Côté, Antoine Lamontagne-Dalphond et Hugo Houde-Brouillette, le 1er prix du Défi universitaire national de Groupe CSA. Chaque année, Groupe CSA invite le milieu universitaire à développer de nouvelles idées en matière de normalisation.

L'approche proposée par les étudiants de l'UdeS s'adresse à une industrie reconnue comme l'une des plus polluantes de la planète. On estime en effet que les 4,1 milliards de tonnes de ciment produites chaque année à l'échelle mondiale génèrent près de 7 % des gaz à effet de serre (GES) relâchés dans l'atmosphère.

Outre les GES générés lors de la fabrication du ciment, une part importante de son empreinte environnementale découle de son transport sur de longues distances.

Or, selon les quatre lauréats, une modification aux normes actuelles pourrait avoir pour effet de réduire l'impact environnemental de l'Industrie du ciment et du béton.

Une des façons d'y arriver, selon eux, est de normaliser les ajouts cimentaires alternatifs afin de promouvoir leur utilisation. Contrairement aux ajouts cimentaires actuels, les ajouts alternatifs ont l'avantage de pouvoir être produits et utilisés localement tout en améliorant les performances du béton. On élimine ainsi certains intrants plus polluants tout en réduisant l'impact lié au transport, estiment les jeunes chercheurs.

Groupe CSA a décidé d'accorder le 1er prix au projet de l'Université de Sherbrooke au terme d'une compétition mettant aux prises plusieurs établissements d'enseignement postsecondaires.

Les lauréats ont reçu un prix de 4000 $ qui sera remis à la ou les fondations de leur choix.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer