Ruisseau Lyon: un avis de non conformité à l'entreprise fautive

Le ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Le ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC) a envoyé un avis de non-conformité à la compagnie ayant provoqué un déversement dans le ruisseau Lyon un peu plus tôt en juillet.

L'eau du ruisseau avait pris une teinte bleutée et de la mousse avait été observée à la surface du cours d'eau. La compagnie responsable, Laboratoire M2, avait avisé la Ville de Sherbrooke qu'il s'agissait d'une erreur de bonne foi et que des mesures de correction avaient été mises en place. La Ville avait pour sa part statué que la substance n'était pas toxique et qu'elle ne présentait aucun risque pour la santé.

La Ville n'avait pas envoyé de constat d'infraction et rapportait qu'il relevait du MDDELCC de faire appliquer la loi sur la qualité de l'environnement.

« Nous avons préféré attendre les résultats de l'analyse de nos prélèvements des 9 et 11 juillet avant de fermer le dossier. Nous avons eu les résultats dans les derniers jours », explique Daniel Messier, responsable des communications au MDDELCC.

« Nous avons noté la présence d'un surfactant, un produit moussant qui faciliter le mélange d'un liquide organique dans un liquide. Ce qu'on comprend, c'est qu'il s'agit d'un résidu de ça que la compagnie a utilisé pour nettoyer ses réservoirs. Selon les fiches signalétiques, il s'agit d'un produit qui est non nocif pour la santé ou pour l'environnement et qui est biodégradable, mais nous le considérons quand même comme un contaminant en vertu de la loi sur la qualité de l'environnement. »

Laboratoire M2 a donc reçu un avis de non-conformité en lien avec l'article 20 de la loi, selon lequel il est interdit de déverser des contaminants dans l'environnement, et avec l'article 21, pour ne pas avoir averti plus rapidement le ministère et les autorités municipales du déversement en question.

Le ministère n'a pas imposé d'amende à l'entreprise du parc industriel pour le moment. « Nous sommes en train d'évaluer tout ça pour voir s'il y aura une suite. Rien n'est exclu. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer