Le folk s'empare de la Fête du lac

Half Moon Run, un groupe de Montréal, a... (Spectre Média, André Vuillemin)

Agrandir

Half Moon Run, un groupe de Montréal, a enflammé le parc Jacques-Cartier pour la troisième journée de la Fête du lac des Nations.

Spectre Média, André Vuillemin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Stéphanie Beaudoin   </p>
Stéphanie Beaudoin

Journaliste stagiaire

La Tribune

(Sherbrooke) Sous un raz de marée d'applaudissements, le groupe montréalais The Franklin Electric s'est avancé sur la grande scène pour interpréter, en ouverture, deux nouvelles compositions qui se retrouveront sur leur tout nouvel album.

Feux d'artifice de Québec Orion... - image 1.0

Agrandir

Feux d'artifice de Québec Orion

« Nous accompagnons nos grands amis Half Moon Run qui ont eu la gentillesse de nous inviter pour leur tournée. Il ne reste qu'à mixer notre nouvel album », a lancé le chanteur à la foule, sous une pluie d'acclamations de joie.

Le groupe, très généreux avec le public, a offert du nouveau matériel dès le début du spectacle, avec la chanson Save Yourself. Plus de la moitié de leur performance était de nouvelles pièces enregistrées tout juste la veille.

La foule s'est enflammée pour les classiques de ce jeune groupe. Les chansons Strongest man on earth et Old piano ont créé de l'hystérie dans l'audience.

Tout au long du spectacle, les applaudissements, et surtout les cris, n'ont cessé de fuser de la foule, de plus en plus dense. Les fans reconnaissant plusieurs chansons du premier album de la formation, soient 17, Uninvited, Rooftop et plusieurs autres.

« Même si le spectacle est parti tranquillement, les membres ont réussi à faire lever la foule. En plus, même s'ils ne sont pas à l'aise en français, ils se sont adressés à nous dans notre langue. C'est toujours plaisant de voir que les artistes se forcent pour leur public », affirme Jérémy Rochefort, qui en est à sa troisième présence à une performance du groupe.

The Franklin Electric a profité d'une pause pour remercier le public qui les suit depuis le début. « Sans vous, on ne serait pas là. Vous nous permettez d'avancer. »

Le groupe a terminé sa performance avec la chanson titrant leur album, This is how I let you down. Des lumières de cellulaires ont illuminé la foule et des corps se balançaient de gauche à droite au rythme du piano.

« Ce qui est spécial, c'est qu'ils sont très près de leur public. Ils ont réussi à bien mettre dans l'ambiance pour Half Moon Run », soulignait Ana Maria Zubak, une admiratrice endurcie qui est venue de Plessisville pour assister au spectacle.

L'effet Half Moon Run

La foule scandait leur nom avant leur entrée. Elle était prête à recevoir le groupe Half Moon Run. Les notes de Turn your love ont lancé le spectacle, au grand plaisir des fans, le poing en l'air, qui bougeaient au tempo du groupe.

L'audience n'en finissait plus de s'époumoner devant le groupe montréalais qui offrait ces plus grands succès tels que She wants to know et Nerve.

Plusieurs ballons jaunes ont pris d'assaut la foule lorsque la célèbre chanson Call me in the afternoon a entamé ses premières mesures. Sans oublier la multitude de cellulaires qui se sont perchés au bout des bras des fans pour enregistrer le moment.

Les airs planants du groupe folk ont définitivement plu aux participants de la Fête du lac qui s'entassaient devant la scène et montraient leur amour pour la formation. « Une belle prestation qui vient directement du coeur. On le sent », souligne Marie-Luce Larocque, qui se mêlait pour la première fois à un spectacle du groupe. « Le son est excellent. Tous les musiciens sont d'excellents multi-instrumentistes. Le chanteur nous interpelle et ça crée une belle chimie avec la foule », raconte Jean-Olivier Bureau.

Devant l'enthousiasme de la foule, les membres du groupe n'ont d'ailleurs pas eu le choix d'offrir un deuxième rappel.

Le combat du rock

C'est la formation pyrotechnique de Québec Orion qui a montré son talent pour les feux d'artifice.

On a assisté à un combat de rock enflammé entre les plus grandes têtes du genre. Se sont succédé les effets visuels sur du Metallica, U2, Survivor et Imagine Dragon.

Une vraie compétition qui débute par la fameuse chanson Eye of the tiger et se termine par Warrior. Une présentation en trois points de lancement qui jouait avec les hauteurs, mais surtout avec les rythmes saccadés des succès musicaux.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer