• La Tribune > 
  • Actualités 
  • > Les policiers demeurent très occupés malgré la criminalité en baisse 

Les policiers demeurent très occupés malgré la criminalité en baisse

Même si la criminalité à Sherbrooke est en... (Archives La Tribune, René Marquis)

Agrandir

Même si la criminalité à Sherbrooke est en baisse, les policiers sont loin de chômer.

Archives La Tribune, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Ce n'est pas parce que les statistiques concernant la criminalité à Sherbrooke sont à la baisse que les policiers se tournent les pouces.

Ils sont même très occupés à répondre à des appels concernant différents événements qui ne sont pas comptabilisés annuellement par Statistique Canada.

Selon le criminologue Tony Brien, du Service de police de Sherbrooke, il faut voir au-delà des chiffres dévoilés mercredi concernant la criminalité à Sherbrooke, qui continue de baisser et est demeurée l'une des moins élevées au pays en 2015.

Selon Statistique Canada, l'Indice de gravité de la criminalité (IGC) et le taux de criminalité sont respectivement à 49,2 et à 3204 pour 100 000 habitants, des chiffres en baisse de 6 et 3 pour cent.Rappelons que dans la Belle Province, seule la ville de Québec affiche de meilleurs résultats, avec un IGC de 41,8 et un taux de criminalité de 2959 par 100 000 habitants.

Dans toute l'activité policière, plusieurs interventions ne sont pas comptabilisées parce qu'elles ne concernent pas des événements criminels, explique M. Brien.

Par exemple, en 2015, les policiers du SPS ont dû répondre à 797 appels pour des personnes à l'état mental perturbé, 337 pour des disparitions, 287 pour des tentatives de suicide et 168 pour des plaintes diverses, comme du bruit ou des chicanes de voisins.

« En 2015, les policiers ont répondu en tout à plus de 2000 événements. De plus en plus, les policiers sont confrontés à diverses réalités comme les problèmes de santé mentale », analyse le spécialiste des statistiques au SPS.

« Nous sommes bien contents des chiffres concernant la criminalité. Mais il faut les prendre avec un bémol, car il y a de plus en plus d'événements auxquels il faut répondre. Je crois que Statistique Canada devrait aussi examiner cet aspect du travail des policiers. »

Les chiffres dévoilés mercredi démontrent toutefois que Sherbrooke est une ville sécuritaire, même si les policiers du SPS doivent procéder à 35 à 40 interventions par jour en moyenne, dit-il.

« On peut dire que les gens en général ne sentent pas la criminalité à Sherbrooke. Il y a peu ou pas de crime contre la personne. Il n'y a eu qu'un seul homicide en 2015. En plus, l'indice de gravité des crimes est parmi les plus bas au Canada. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer