Un doublé rock: Jonas et Lapointe comblent les vrais

Éric Lapointe, précédé de Jonas & The Massive... (Spectre média, Jessica Garneau)

Agrandir

Éric Lapointe, précédé de Jonas & The Massive Attraction, a offert une soirée 100 % rock aux participants de la Fête du lac des Nations mercredi.

Spectre média, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Les Estriens au coeur de rockeur auront été comblés mercredi soir, alors que la Fête du lac des Nations n'accueillait pas une, mais bien deux figures majeures du rock québécois sur sa scène principale : Jonas et Éric Lapointe.

Jonas... (Spectre Média, Jessica Garneau) - image 1.0

Agrandir

Jonas

Spectre Média, Jessica Garneau

La soirée a débuté en force avec la formation Jonas & The Massive Attraction, qui a réchauffé la foule en un claquement de doigts grâce au charme incontestable et à l'énergie fougueuse de son chanteur.

« C'est une place vraiment spéciale, Sherbrooke », a lancé Jonas entre deux chansons, aussitôt généreusement acclamé par les spectateurs, les cris féminins se faisant particulièrement soutenus.

« On a commencé il y a comme 20 ans ici, à Sherbrooke, a continué le rockeur. Vous êtes passionnés, chaleureux, gentils, et vous aimez votre rock and roll! (...) À chaque fois qu'on voit la liste des villes de la tournée et qu'il y a Sherbrooke, on se dit : hell yes, we're going to Sherbrooke! »

Son interprétation mi-francophone, mi-anglophone de Je l'aime à mourir, de Cabrel, créa un moment particulièrement magique. Plusieurs cellulaires s'élevèrent dans les airs pour capter cette prestation tout en douceur, juste avant que Jonas reprenne son rôle de rockeur pur et dur.

Éric Lapointe... (Spectre Média, Jessica Garneau) - image 2.0

Agrandir

Éric Lapointe

Spectre Média, Jessica Garneau

Un rockeur toujours aussi attendu

À 22 h 30, c'est sous un lendemain de pleine lune que s'est présenté Éric Lapointe pour faire trembler le parc Jacques-Cartier. Même après ses huit passages en 20 ans à la Fête du lac, le rockeur était toujours aussi impatiemment attendu par ses fans, qui scandaient son nom plusieurs minutes avant son arrivée.

« Ça fait des semaines et des semaines qu'on attend ça! C'est la quatrième fois qu'on va le voir à Sherbrooke et je suis sûre que ça va encore être aussi bon! », s'enthousiasmait Laurie Bouchard, qui réservait sa place près de la scène depuis près de cinq heures avec ses amis.

Parmi les chansons que les spectateurs avaient le plus hâte d'entendre, N'importe quoi arrivait bonne première, suivie de près par La Bartendresse. Plusieurs festivaliers ont aussi mentionné espérer entendre Loadé comme un gun et Bobépine.

C'est avec Invitez les vautours, un air tiré de l'album du même nom, que le coach de La Voix a entamé sa prestation, accompagné de sa choriste Rosa Laricchiuta, une ancienne participante de la populaire émission que Lapointe a prise sous son aile.

« C'est la huitième fois et c'est toujours un grand honneur de venir chanter pour vous autres... À vrai dire, pas de venir chanter pour vous autres, mais avec vous autres! », a hurlé le rockeur après avoir chanté Coupable et Homme sauvage, répétant à plusieurs reprises son affection toute particulière pour Sherbrooke au cours de la soirée.

Après avoir ravi le public en lui offrant certains de ses plus grands succès tels que Bobépine, Un beau grand slow et On commence à se quitter, Lapointe a laissé toute la place à sa protégée, Rosa, le temps qu'elle interprète J'ai vu de Niagara.

Le roi du rock a ensuite poursuivi avec d'autres de ses innombrables classiques, dont Marie Stone, Le Boys Blues Band, Ce soir on danse à Naziland et Mon ange.

Retour en 1982

« Remontez vos montres, sortez vos vinyles, et retournez 35 ans en arrière », disait la voix hors champ qui présentait les feux d'artifice éclairant le ciel entre les deux spectacles rock.

Pour cette première présentation officielle de la compétition nord-américaine Les Grands feux Bell, les artificiers de Feux d'artifice Boréal, venant de Caraquet au Nouveau-Brunswick, se sont inspirés de l'an 1982, année où a été créée la Fête du lac, pour ses agencements pyrotechniques.

Ceux qui ont vécu leur adolescence dans les années 1980 comme ceux qui n'étaient pas encore nés à l'époque ont tapé du pied sur Don't Stop Believin' et I Love Rock 'n' Roll tout en s'émerveillant devant le sublime spectacle lumineux qui s'offrait à eux.

Partager

À lire aussi

  • Le folk s'empare de la Fête du lac

    Actualités

    Le folk s'empare de la Fête du lac

    Sous un raz de marée d'applaudissements, le groupe montréalais The Franklin Electric s'est avancé sur la grande scène pour interpréter, en ouverture,... »

  • Mille voix pour clore la Fête du lac

    Actualités

    Mille voix pour clore la Fête du lac

    Le devant de la grande scène de la Fête du lac des Nations était plein longtemps avant le début des spectacles, en ce jour de clôture. Une... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer