Saint-Élie offre son Géorallye

Le Géorallye Saint-Élie est une activité familiale gratuite... (Photo fournie par Commerce Sherbrooke)

Agrandir

Le Géorallye Saint-Élie est une activité familiale gratuite qui a attiré plus de participants que prévu pour sa première édition.

Photo fournie par Commerce Sherbrooke

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) À l'ère de la chasse aux Pokémons, une activité inspirée du géocaching, mais beaucoup plus modeste que le concept de Nintendo, connaît un succès intéressant dans le secteur Saint-Élie. Le Géorallye Saint-Élie, créé grâce à une collaboration entre le Centre communautaire Richard-Gingras, l'arrondissement Rock Forest-Saint-Élie-Deauville et le projet de développement du chemin de Saint-Élie, propose trois circuits concentrés dans Saint-Élie.

« La population nous avait demandé des activités simples, qu'on peut faire en famille ou entre amis, pour bouger, sans que ce soit à des moments fixes. Nous sommes arrivés avec le Géorallye pour découvrir des lieux et l'histoire de notre entourage. C'est une espèce de chasse au trésor qu'on peut faire avec notre cellulaire », explique le conseiller du district, Julien Lachance.

Quelque 200 familles ont déjà testé le produit, alors que l'objectif initial était de 150. Il suffit de se brancher au www.georallyesaintelie.com et de suivre les instructions. En trouvant la première cache et en inscrivant le mot de passe qui s'y trouve, on débloque une deuxième cache, jusqu'à compléter un circuit complet. Un des trois trajets proposés doit être parcouru en voiture ou en vélo.

« Ce n'est pas une application à télécharger, mais vraiment un site web intégré que nous avons développé. C'est quelque chose de simple, mais nous sommes contents du résultat. Contrairement au géocaching, nous n'avons pas besoin de GPS. Un musée de la Gaspésie nous a contactés parce qu'il était intéressé par le concept », explique Jean-Sébastien Roy, chargé de projet pour le développement du chemin de Saint-Élie.

En débloquant le mot mystère final, les participants du géorallye courent la chance de gagner des prix. Le long des parcours, ils peuvent aussi obtenir des cadeaux comme des sucettes glacées ou une truffe au chocolat. « Nous avons fait un maillage avec 13 commerces pour impliquer les commerçants dans la communauté. Ça ne rapporte pas d'argent directement dans les poches des commerçants, mais ils sont partenaires. »

M. Roy ne peut confirmer hors de tout doute que le rallye sera de retour l'été prochain. Mais l'activité, qui se termine le 16 août, connaît un tel succès que tout laisse croire que l'initiative sera répétée. « Le budget qui nous a été donné n'est pas récurrent, mais nous avons utilisé la majorité de la somme pour développer le site web. Ça coûterait donc beaucoup moins cher de revenir l'an prochain. »

À imiter ?

Jean-Sébastien Roy ne s'avance pas sur la possibilité d'étendre les circuits à d'autres arrondissements, mais il s'intéressera au secteur de Brompton, pour lequel il est aussi chargé de projet, pour déterminer les possibilités. « La plateforme est facilement ajustable à mon avis. » Elle a été développée avec un budget de 6000 $.

Pourrait-on y voir un intérêt touristique, avec plus de moyens? M. Roy croit que le Géorallye est une belle réussite à petite échelle. « Si Destination Sherbrooke s'y intéresse, ils pourront prendre la balle au bond. »

À Destination Sherbrooke, Amélie Boissonneau, chargée de communication, mentionne que l'initiative est intéressante et que le géocaching intéresse un certain type de visiteurs. « Dans sa forme actuelle, le projet demeure une initiative locale pour lequel nous ne voyons pas le potentiel pour attirer des visiteurs. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer