Incendie au Provigo : l'asphaltage montré du doigt

Les dommages sont évalués à plus de deux... (Spectre média, René Marquis)

Agrandir

Les dommages sont évalués à plus de deux millions $ à la suite de l'incendie majeur qui a pris naissance au Provigo de la rue Galt Ouest dans la nuit de dimanche à lundi.

Spectre média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Des travaux d'asphaltage dans le stationnement de l'épicerie Provigo sont à l'origine de l'incendie du commerce de la rue Galt Ouest.
L'incendie a lourdement endommagé la toiture du Provigo Liette Fauteux dans la nuit de dimanche à lundi.

L'appel a été lancé vers 2 h 20 pour se rendre sur les lieux. À l'arrivée des premiers pompiers, des flammes sortaient de la toiture. Le combat a nécessité une quatrième alarme, ce qui fait qu'une quarantaine de pompiers ont été appelés sur place pour combattre les flammes durant de longues heures.

Le travail a été compliqué par le fait que le bâtiment a subi avec les années plusieurs transformations et agrandissements, ajoute-t-on.

Le feu a été maîtrisé vers 5 h 30 et les derniers pompiers ont quitté les lieux vers 7 h 30. La rue Galt Ouest a dû être fermée à la circulation pendant ce temps.

Intérieur dévasté

Lundi matin, la façade semblait presque intacte, mais l'intérieur de l'épicerie avait été dévasté. Les dommages sont estimés à plus de deux millions de dollars.

Le feu n'a heureusement pas fait de victime.

Selon Dany Robitaille, chef de division du Service de protection contre les incendies de la Ville de Sherbrooke, l'entrepreneur chargé de réparer l'asphalte voulait profiter du fait que le stationnement n'était pas occupé la nuit pour faire les travaux.

« Les travaux consistaient à étendre du bitume à chaud à l'aide d'une torche à flamme nue », explique-t-il.

« Rendu près du mur extérieur de l'épicerie, le feu a probablement touché au bâtiment et monté dans le mur, pour s'attaquer au toit ensuite. Probablement que les gens n'ont pas vu le feu à temps. »

Voisin inquiet

Voisin du Provigo, Benjamin Faucher a contacté La Tribune pour dire qu'il avait alerté les autorités de ce qui se passait dans le stationnement du Provigo dimanche soir. « J'ai appelé la police vers 23 h 15 pour leur dire qu'il y avait des gens qui brûlaient le pavage du Provigo avec une torche et une bonbonne de propane. Il m'on dit qu'ils iraient voir », écrit-il dans un courriel. 

« Je ne sais pas s'ils y sont allés, mais ce matin lorsque je me suis réveillé, j'ai vu que le Provigo avait passé au feu. »

Il n'a pas été possible d'obtenir des commentaires des gens affairés sur place lundi matin. Un appel à la compagnie Loblaw en Ontario est demeuré sans réponse.

Une cliente régulière venue constater l'ampleur des dégâts a réagi avec tristesse à l'incendie. « Ça me fait de la peine de voir ça », lance la Sherbrookoise Céline Jacques.

« On l'aimait notre Provigo. Nous avions du bon service et les employés étaient serviables. »

Il n'a pas été possible de savoir si le commerce sera réparé ou reconstruit. Mme Jacques le souhaite. « J'espère qui sera reconstruit le plus tôt possible. S'il pouvait être agrandi ça serait encore mieux », dit-elle.

Il s'agit d'un commerce fréquenté en grande partie par des étudiants du quartier universitaire.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer