• La Tribune > 
  • Actualités 
  • > La Fête des Cousins se change en manifestation de soutien aux Français 

La Fête des Cousins se change en manifestation de soutien aux Français

La première édition de la Fête des cousins... (Collaboration spéciale, France Lamothe)

Agrandir

La première édition de la Fête des cousins à Thetford Mines, organisée pour faire un clin d'oeil amical aux familles françaises nouvellement arrivées dans la région et à tous les nouveaux arrivants de toutes origines, est devenue, par une malheureuse coïncidence, une manifestation de soutien et d'appui aux Français à la suite des tragiques événements de Nice.

Collaboration spéciale, France Lamothe

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nelson Fecteau
La Tribune

(Thetford Mines) D'abord organisée pour faire un clin d'oeil amical aux familles françaises nouvellement arrivées dans la région et à tous les nouveaux arrivants de toutes origines, la première édition de La Fête des Cousins à Thetford Mines est devenue, par une malheureuse coïncidence, une manifestation de soutien et d'appui aux Français à la suite des tragiques événements qui ont fait 84 morts jeudi soir à Nice.

« Cette activité était déjà prévue. Nous voulions signifier aux Français qu'ils sont les bienvenus chez nous dans une région accueillante et paisible, que nous partageons leur culture et que nous avons bien besoin d'eux », de déclarer le maire Marc-Alexandre Brousseau précisant que les drapeaux avaient été mis en berne à l'hôtel de ville.

« Cet événement est une raison de plus pour leur démontrer que nous partageons les bons jours comme les moins bons », de poursuivre le maire Brousseau.

Chef cuisinier au restaurant L'Maudit Français du centre-ville de Thetford Mines, où l'on sert de la cuisine pas fine, Alan Segarra respirait mieux depuis qu'il avait appris que sa mère et les membres de sa famille proche se portaient bien. « J'ai beaucoup de connaissances à Nice dont je n'ai pas de nouvelles. Je compatis avec les familles des victimes et avec tous les Français. C'est tragique, mais il ne faut pas se laisser abattre. Si on commence à avoir peur, c'est la fin », d'affirmer M. Segarra à Thetford Mines depuis 2012.

Chez les organisateurs de l'événement, personne ne s'est interrogé. Personne n'a eu la moindre hésitation tant chez France Vachon que chez René Soucy, Yves Kirouac ou Denyse Bouffard. « On ne va pas se cacher, on est encore plus solidaires, on va leur montrer, on ne va pas se mettre à genoux », nous livrait-on.

Originaire de Béarne, Francis Lacave saluait l'initiative. « J'avais peur que l'événement soit annulé. Il faut aller au-delà de ça », affirmait-il.

« Nous avons toujours fait preuve de résilience dans notre région face aux épreuves. Notre événement revêt une signification encore plus grande », d'affirmer Yves Kirouac.

Les gens présents au centre-ville déambulaient au son des airs de Dassin, Aznavour, Adamo, Brel, Bruel et Ferrat et de l'accordéon de Denis Fugère qui a interprété La Marseillaise à quelques reprises.

Allées de pétanque, kiosques de dégustation, jeux gonflables pour les plus jeunes et Ruelle du Trésor animée par les artistes peintres du Centre d'art de la région de l'Amiante (CARA) faisaient partie des activités au programme de 15 heures à 23 heures. Des prestations de groupes musicaux étaient également à l'horaire.

De très nombreuses familles françaises se sont installées dans la région au cours des dernières années. Des entreprises comme Canatal qui, à elle seule, a recruté près d'une vingtaine de soudeurs d'origine française.

Au dire de plusieurs des organisateurs, cette première édition n'est qu'un début. L'invitation est déjà lancée pour une seconde édition.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer