Le cabinet de la mairie a dépensé 445 000 $ en 2015

C'est moins de la moitié du budget qui lui est accordé par la loi que le maire... (Archives La Tribune, Julien Chamberland)

Agrandir

Archives La Tribune, Julien Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) C'est moins de la moitié du budget qui lui est accordé par la loi que le maire Bernard Sévigny dépense au sein de son cabinet. Pour l'année 2015, les dépenses pour le travail dit partisan, au cabinet de la mairie, atteignent 445 678,12 $.

Lors d'un débat sur une réorganisation au sein du cabinet de la mairie, la semaine dernière, le maire avait déclaré qu'il faisait sa part dans le processus d'optimisation et que les dépenses de son cabinet sont moins importantes que celles de son prédécesseur, Jean Perrault. Il avait même affirmé qu'il pourrait en faire la démonstration.

Cette démonstration viendra... au mois d'août, rapporte le président du comité exécutif Serge Paquin. Certaines données doivent encore être compilées. Entre-temps, M. Paquin confirme que le budget reconnu par la loi au cabinet de la mairie pour le travail partisan, soit le personnel politique et les frais afférents, comme le déplacement de ce personnel, était de 966 202 $ en 2015. La somme utilisée par l'équipe de Bernard Sévigny était de 445 678,12 $, soit 46,12 % du montant alloué.

« Nous sommes loin de dépenser ce que la loi permet de dépenser. Nous ne budgétons même pas la somme complète parce que nous savons combien nous dépenserons. Pour 2015, nous avions budgété 445 675 $. Nous avons donc dépassé de 3,12 $ », rapporte M. Paquin.

Le cabinet de la mairie comptera cinq employés avec la réorganisation entérinée lors du conseil municipal du 4 juillet, soit un chef de cabinet, une secrétaire politique, une attachée politique pour la relation avec les médias, une attachée politique pour les relations avec la communauté et un rédacteur.

Serge Paquin prévient qu'il faut user de prudence dans les comparaisons. Certaines tâches purement administratives ne relèvent pas du budget du cabinet de la mairie. Des municipalités pourraient donc décider que tous les postes sont de nature administrative, donc syndiqués et soumis à la grille salariale de la Ville. D'autres pourraient préférer faire usage du budget du cabinet, qui compte des employés contractuels dont le contrat a généralement la durée du mandat de la mairie.

Il y a donc du personnel administratif qui travaille à la mairie et qui réalise du travail non partisan.

Au mois d'août, la mairie devrait donc livrer des comparatifs avec l'administration précédente. Serge Paquin souligne toutefois que Jean Perrault était loin d'utiliser tout le budget qui lui était conféré.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer