Du temps amplement mérité

Même si le milieu des matériaux de construction est parfois réservé à la gent... (Spectre média, René Marquis)

Agrandir

Spectre média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Charlotte R. Castilloux</p>
Charlotte R. Castilloux

Journaliste stagiaire

La Tribune

(SHERBROOKE) Même si le milieu des matériaux de construction est parfois réservé à la gent masculine, ça n'a pas empêché Lucie Bergeron de reprendre l'entreprise de son père, Couvres-planchers tapis V. N., et de se tailler une place dans le milieu.

Il y a 30 ans, Lucie Bergeron mettait les pieds dans l'entreprise fondée par son père en 1973. « À l'époque où je travaillais avec mon père, ça n'a pas toujours été facile. Il était exigeant avec moi, probablement parce qu'il voyait du potentiel et qu'il voulait forger mon caractère », souligne Mme Bergeron, en soutenant tout de même la chance qu'elle avait. « Mon père se tassait complément pour me laisser l'entreprise, continue-t-elle. Ça ne se passe pas aussi bien dans toutes les entreprises familiales. »

Lorsqu'elle a commencé à gérer l'entreprise, plusieurs personnes ne croyaient pas qu'elle était la patronne. « Ce n'était pas rare qu'on demande à parler à mon père ou au patron. Les gens n'en revenaient pas que je sois capable de gérer une telle business », s'amuse Lucie Bergeron.

L'ambitieuse en elle aura toujours tout donné pour l'entreprise. « Dans ma carrière, j'ai eu à prendre de grosses décisions, mais elles se sont toujours révélées de bons choix pour Tapis V. N. », explique Mme Bergeron, en se souvenant d'événements comme la fermeture d'une succursale.

« J'ai toujours travaillé, j'ai pas vraiment connu ça des vacances », dit celle qui a toujours voulu arrêter de travailler jeune. Et elle aura réussi, car à l'âge de 51 ans, elle a vendu son entreprise et s'apprête à partir à la retraite pour penser à elle. « J'ai mis les bouchées doubles pour y arriver. J'en suis très fière. Je peux dire qu'à mon âge, je peux profiter de la vie amplement », poursuit Mme Bergeon.

Tout au long de sa carrière, Mme Bergeron, en plus de s'activer corps et âme dans son entreprise, s'impliquait au sein d'autres organisations. Elle s'est d'ailleurs longtemps investie en faveur des personnes atteintes de paralysie cérébrale, dont elle est très sensible. « Une de mes amies proches avait un enfant atteint de paralysie et je voulais faire quelque chose pour elle, souligne Mme Bergeron. À l'époque le MAPLACE (Mouvement d'aide paralysie cérébrale Estrie) venait de voir le jour, j'ai donc combiné les deux. »

Depuis 10 ans, elle aura donc permis à l'organisme d'amasser plus 150 000 $. « Je ne pensais jamais que ça prendrait une telle envergure. Mais, c'est tellement gratifiant de partager ce que je gagnais avec ceux qui en avaient besoin », affirme Lucie Bergeron en soulignant que c'était naturel pour elle de contribuer au MAPLACE toutes ces années.

Elle a aussi été membre du conseil d'administration de l'Association des professionnels de la construction et de l'habitation du Québec (APCHQ) de l'Estrie pendant plusieurs années. « Être dans cette association, ça me permettait de m'impliquer, mais aussi pour me faire connaître, explique-t-elle. Les autres membres savaient que j'étais une fille de défis qui avait toujours des idées de projets et c'est pourquoi ils m'ont approchée. »

Tout comme ses autres occupations, Mme Bergeron a quitté l'APCHQ afin de profiter de la retraite. Toutefois, elle continue de présider l'Expo Habitat de l'Estrie jusqu'à la tenue du prochain événement en 2017. « Après, c'est fini. Une fois à la retraite, c'est sûr que je vais reprendre des implications, mais pour l'instant je veux prendre du temps. Je laisse donc toutes mes activités tranquillement », affirme-t-elle en disant qu'elle prévoit profiter de ses « vacances » pour faire de la moto ou d'autres activités qu'elle affectionne.

Repères

-    Impliquée au sein de l'entreprise Couvre-planchers tapis V.N. depuis ses 22 ans;

-    À la tête de l'entreprise depuis 25 ans;

-    A siégé pendant huit ans au conseil d'administration de l'APCHQ;

-    Le 1er février dernier, la vente de Tapis V.N. a été conclue avec Eli Ouzilleau.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer