Mezzanines: une élève à la rescousse des enseignants

Alexandre Cloutier... (Spectre Média, Julien Chamberland)

Agrandir

Alexandre Cloutier

Spectre Média, Julien Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Stéphanie Beaudoin   </p>
Stéphanie Beaudoin

Journaliste stagiaire

(SHERBROOKE) C'est dans la plus grande incompréhension que les enseignants de l'Estrie ont dû dire adieu aux mezzanines de lecture dans leur classe. Quelques jours après l'opération démantèlement, Maude Lasnier Cyr, enseignante à l'école Hélène-Boullé et Yves Nadon, instigateur du projet, sont toujours dans l'incompréhension.

Alexandre Cloutier a réitéré sont aberration devant la démolition de ces endroits de lecture pour les jeunes. «C'est complètement stupide que le ministre n'ait pas pu intervenir pour que ça n'arrive pas», souligne le député de Lac-Saint-Jean.

«Nous n'avons pas eu de soutien de la part du syndicat, ni de la commission scolaire ou du politique. Seul Alexandre Cloutier a sonné l'alarme pour nous aider», explique Mme Lasnier Cyr. «Les élèves ont été très tristes d'apprendre la destruction de leur endroit de lecture.»

Une jeune élève de sa classe, Coralie Bombardier, a d'ailleurs écrit une lettre à la commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke pour donner son avis. «Vous dites que les mezzanines sont inflammables, mais, dans une école, il y a des chaises, des bureaux, des meubles et plein d'autres objets qui sont inflammables. Donc, il faudrait que vous interdisiez tous ces objets», note la lettre.

Le message de la jeune fille se termine en apportant sa voix à celle de ses camarades de classe pour clamer leur désaccord envers le démantèlement de cet endroit où ils sont «paisibles et heureux».

M. Nadon espère que l'appui d'Alexandre Cloutier aidera dans les démarches pour reconstruire les mezzanines dans les écoles de l'Estrie.

Cloutier plaide pour un projet d'indépendance clair

Entouré d'une trentaine de militants de l'Estrie réunis au parc Jacques-Cartier, dimanche, Alexandre Cloutier a poursuivi sa tournée des régions du Québec à Sherbrooke pour prendre position sur plusieurs enjeux et discuter avec les gens du coin.

Il mène sa course à la chefferie du Parti québécois avec la même tactique que dans le passé, c'est-à-dire sans salissage de ses adversaires. La santé, l'éducation et le développement économique figurent en tête des priorités d'Alexandre Cloutier pour cette course au leadership.

Parmi ses propositions, Cloutier veut revoir le système de rémunération des médecins afin de mettre en place un environnement plus «propice» à la collaboration entre les diverses instances des soins de santé. «Une réforme des soins de santé est primordiale, mais il ne faut pas oublier l'éducation. J'en ferai une affaire nationale.» Le jeune politicien de 38 ans souhaite également avoir une position claire et préparer par rapport à la souveraineté.

«Il faut être prêt. Il faut que le Parti ait un projet clair pour le Québec pour qu'on sache exactement ce que l'on propose», mentionne-t-il lors du rassemblement. Il ajoute que le Québec change et que si les militants veulent un pays, il est impératif d'inclure tout le monde dans le projet.

Il fait également mention des jeunes militants souverainistes qui n'ont pas pu voter au référendum de 1995. «Je veux faire le pont entre les deux générations de souverainistes, ceux qui ont voté en 95 et ceux qui n'ont pas eu cette chance.» Il souligne que c'est la réunion de ses deux forces, sage et nouvelle, qui fera du Québec un pays.

Alexandre Cloutier rappelle également que la région de Sherbrooke est importante pour la suite des choses de la formation politique. Il est d'ailleurs appuyé par Philippe Pagé, président régional de l'Estrie, Paul-Émile Robert, président de Richmond, Diane Boivin, d'Orford, Simon Lebel, de Saint-François, ainsi que Solange Masson, de Saint-François également.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer