L'autonomie à bout de bras

Joey St-Jean de Montréal et Ariane Beaulieu de... (Spectre média, Maxime Picard)

Agrandir

Joey St-Jean de Montréal et Ariane Beaulieu de Repentigny ont reçu, dans le cadre de la 4e Coupe Guillaume-Fleurent-Beauchemin, les bras robotisés qui changeront leur vie de manière significative.

Spectre média, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Stéphanie Beaudoin   </p>
Stéphanie Beaudoin

Journaliste stagiaire

La Tribune

(VICTORIAVILLE) La pluie n'a pas arrêté les 40 équipes de dek hockey à prendre part à la 4e Coupe Guillaume-Fleurent-Beauchemin afin d'amasser les 15 000 $ suffisant à boucler la campagne de financement permettant de remettre des bras robotisés à Ariane Beaulieu et Joey St-Jean.

C'est dans le plus grand secret que la fondation Le Pont vers l'autonomie a acheté les bras robotisés aux deux jeunes. « Ariane croyait que son fauteuil était en réparation, mais nous en avons profité pour lui installer l'appareil », explique Samuel Fleurent-Beauchemin, instigateur de la fondation Le Pont vers l'autonomie. Joey St-Jean n'était pas au courant non plus qu'il recevrait également ce cadeau lors de la présentation du montant amassé pour le tournoi.

« Chaque fois que la Fondation remet un nouveau bras, j'ai des frissons. Je pense à mon frère et à tous ces gens tellement inspirants », raconte Fleurent-Beauchemin. « Nous offrons à ces jeunes une nouvelle façon d'accomplir des actions qu'ils ne sont pas capables d'effectuer normalement. Ils n'auront plus le sentiment d'être un fardeau pour leur entourage, et ça n'a pas de prix. »

Les bénéficiaires des 8e et 9e bras offerts par la fondation entrevoient l'avenir sous un nouvel angle. « Je voulais aider mon prochain, mais je n'en étais pas nécessairement capable. Maintenant j'aurai une plus grande autonomie pour pouvoir aller à la rencontre des autres », mentionne Ariane Beaulieu.

« Ça va m'aider pas mal, ce cadeau-là. Je vais pouvoir avoir une vie un peu plus normale et manger par moi-même, boire seul et même jouer aux jeux vidéos », ajoute Joey.

Le président d'honneur, le joueur du Canadien de Montréal Phillip Danault, était également présent pour la remise des appareils. « Je suis chanceux d'être en santé et de pouvoir vivre mon rêve. Je veux être présent pour ces gens-là et je trouve important de les aider à atteindre une plus grande liberté malgré leur limitation physique », souligne-t-il. « Ce que j'ai vu aujourd'hui, ce sont des personnes qui ont eu du plaisir en jouant au dek hockey, mais qui étaient conscients que c'était plus qu'un simple tournoi. »

Plusieurs participants n'en étaient d'ailleurs pas à leur première participation à la Coupe Guillaume-Fleurent-Beauchemin. « C'est la deuxième année que je participe. La fondation offre réellement une nouvelle vie à des personnes, ça me touche à chaque fois. Surtout que Guillaume n'était pas inconnu dans la région, tous ceux qui connaissent Samuel connaissaient également son frère, donc c'est doublement émouvant », expose Mathilde Larochelle, participante du tournoi.

Une fondation en plein essor

Samuel Fleurant-Beauchemin a mis sur pied la fondation Le Pont vers l'autonomie en l'honneur de son frère en juin 2013. Il le faisait à temps partiel, tout en occupant un autre emploi. « Je travaille à temps plein depuis janvier pour la fondation, il y a trop de projets et trop de personnes à aider », précise le jeune homme.

Depuis sa création, Le Pont vers l'autonomie a amassé 650 000 $ en plus d'offrir des bras robotisés à neuf personnes à travers la province. Une nouvelle campagne de financement est d'ailleurs enclenchée pour offrir les 10e et 11e bras. La population peut faire un don en ligne au www.soyezlepont.com.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer