La chaleur grimpe au centre-ville avec Willie et Dolly

L'équipe de création de Québec Issime a une... (Spectre Média, Julien Chamberland)

Agrandir

L'équipe de création de Québec Issime a une fois de plus fait voyager le public sherbrookois dans le temps avec son spectacle country Cow-boys : de Willie à Dolly, dont la première représentation de la saison a eu lieu jeudi soir à la place Nikitotek.

Spectre Média, Julien Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Stéphanie Beaudoin   </p>
Stéphanie Beaudoin

Journaliste stagiaire

(Sherbrooke) Le traditionnel et la découverte se sont rencontrés jeudi soir au centre-ville de Sherbrooke. En plus du festival Sherblues & Folk qui fait battre le coeur de la rue Wellington Sud depuis jeudi, le spectacle country Cow-boys : de Willie à Dolly a ajouté ses accords lors de sa première représentation de la saison.

La chanteuse Betty Bonifassi a fait oublier le... (Spectre Média, Julien Chamberland) - image 1.0

Agrandir

La chanteuse Betty Bonifassi a fait oublier le temps gris qui régnait à Sherbrooke grâce à sa performance énergique sur la scène extérieure de la rue Wellington Sud, au Sherblues & Folk. Elle était précédée de Jesse Mac Cormack.

Spectre Média, Julien Chamberland

Le spectacle faisait salle comble pour cette soirée de première. « La prévente va très bien. Nous avons un spectacle grandiose où chaque détail a été peaufiné », déclare Robert Doré, producteur de Cow-boys. Pour une troisième année, les chanteurs foulent les planches de la place Nikitotek dans le but de faire voyager dans le temps les spectateurs.

« Sherbrooke est le berceau du country au Québec. Il y a tellement eu de grands noms qui ont émergé ici », ajoute-t-il en rappelant la proximité des États-Unis, où le genre musical est très populaire.

À travers les 250 costumes et les 13 tableaux du spectacle, les chanteurs font entrer le public dans une réelle machine à voyager dans le temps.

« Le temps n'arrête pas, il faut toujours actualiser le spectacle. Nous partons de 1926 et remontons le temps jusqu'à 2016 en passant par tous les classiques. »

Principalement sur scène pour faire taper du pied la foule : Philippe Berghella, en alternance avec Marc-André Fortin, Dominique Godin, Yanick Lanthier, les soeurs Riverin, Caroline, Karine et Marie-Ève. Cette dernière sera substituée à l'occasion par Katheryn Martin, puisqu'elle fera partie de l'équipe de La Voix junior.

« Au Québec, nous avons des voix fortes et belles. Nous ne faisons que leur donner une scène et elles font vivre des émotions intenses au public », termine le producteur rempli d'admiration pour les artistes.

«C'est grâce à notre grand-mère que nous avons découvert le country.»


Le public était au rendez-vous pour ce lancement de saison. « Nous sommes venues aux deux dernières premières de saison, on ne pouvait pas manquer celle-là », mentionne Cécile Tremblay, qui était accompagnée de sa soeur et de ses deux petites-filles. 

« C'est grâce à notre grand-mère que nous avons découvert le country et que nous connaissons maintenant toutes les chansons. C'est vraiment une histoire de famille ce spectacle », ajoute Camélia Zaki, suivie de sa soeur, Yasmine Zaki qui croit que le spectacle sera aussi bon, « sinon mieux » que les années précédentes. 

Pour certaines personnes, il s'agissait d'un baptême du spectacle, qui fait dorénavant partie du paysage estival de Sherbrooke. « On ne s'attend à rien, juste à être émerveillé », racontent Lorraine Beaudoin et Guy Poirier.

« On en a beaucoup entendu parler et lorsqu'on s'est fait offrir des billets, on a sauté sur l'occasion. » 

Au rythme de la découverte

Le temps gris n'a pas fait fuir la foule de la rue Wellington Sud, prête à accueillir en grand Betty Bonifassi, précédée de Jesse Mac Cormack, dans le cadre du Sherblues & Folk. Bien que les deux styles soient bien différents, les spectateurs sont toujours prêts à aller à la rencontre des nouveautés musicales proposées par le festival. 

Marie-Claude Bossé a amené son amie Janice Bourgoin, arrivée du Nouveau-Brunswick pour une visite en Estrie. 

« Il n'y a pas assez de festivals comme ça d'où je viens. C'est dommage parce que ça nous fait découvrir des groupes émergents ou simplement des groupes qu'on ne connaît pas », explique la Néo-Brunswickoise. Les deux amies se disent présentes pour la musique. « Même s'il y avait un prix d'entrée, je viendrais », ajoute Marie-Claude. 

Il n'y avait pas que des grands qui profitaient de la musique et des activités du festival. La petite Anielle et sa mère, Christine Gascon, ont pu profiter du spectacle des amuseurs de rue, tout en écoutant le rythme des spectacles. « Les cracheurs de feu lui ont fait peur, mais les hommes sur la slackline qui traversent la rue l'ont vraiment impressionnée », souligne la mère de l'enfant. 

Le centre-ville restera bien vivant tout l'été avec ces multiples activités. Le Sherblues & Folk se poursuit jusqu'à dimanche, alors que Rachid Taha clôturera les festivités au théâtre Granada. Le spectacle Cow-boys : de Willie à Dolly roulera jusqu'au 20 août, toujours à la place Nikitotek­.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer