Les mezzanines de la CSRS ont été démantelées

La mobilisation n'a pas permis de sauver les... (Photo fournie)

Agrandir

La mobilisation n'a pas permis de sauver les mezzanines à la CSRS, ces installations qui visaient à donner le goût de la lecture aux enfants.

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Il n'y a plus de mezzanine à la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS). « Tout est démantelé », a confirmé la directrice du service des communications à La Tribune, Diane Blais.

« Ça s'est terminé lundi en fin de journée. Tout s'est bien passé », a-t-elle mentionné.

Elle indique qu'un comité a été mis en place. Celui-ci pourrait notamment faire des suggestions sur des aménagements de coin lecture et s'intéresser aux bonnes pratiques en lecture.

La CSRS comptait 17 mezzanines dans huit écoles de son territoire.

Yves Nadon, celui qui a été l'instigateur de ces aménagements à l'école primaire Notre-Dame-du Rosaire il y a une dizaine d'années, savait cependant que les installations à Notre-Dame-du-Rosaire avaient été défaites; il a appris mercredi que l'opération était complétée. Il s'interrogeait tout haut sur la pertinence de créer un tel comité comme le propose la commission scolaire.

« Je trouve ça paternaliste », lance-t-il en soulignant que les enseignants sont capables d'aménager eux-mêmes des coins lecture pour leurs élèves. « Je ne vois pas ce que ce comité peut amener aux profs. »

«La firme est en train de regarder si elle peut respecter les normes de la Régie du bâtiment du Québec actuelles.»


La démolition est survenue malgré la mobilisation lancée dans ce dossier.

Le député de Sherbrooke et ministre responsable de l'Estrie, Luc Fortin, avait affirmé que les mezzanines devaient bel et bien être démolies malgré les appels à la contestation, et ce, au nom de la sécurité des enfants. La CSRS avait affirmé être dans l'obligation de démanteler les installations à la suite de l'analyse faite par la Régie du bâtiment du Québec (RBQ).

M. Nadon a approché une firme d'architectes afin de voir si des aménagements seraient possibles à Notre-Dame-du-Rosaire. « La firme est en train de regarder si elle peut respecter les normes de la Régie (du bâtiment du Québec) actuelles. » Le professeur à la retraite devrait donc en savoir un peu plus dans quelques semaines. Le fait que cette école primaire ait de hauts plafonds pourrait aider à être conforme aux normes, mais tout ceci doit être étudié.

« Je ne vois pas comment on pourrait aider des écoles qui n'ont pas de plafonds assez hauts. »

Yves Nadon a partagé sur sa page Facebook la démolition de la mezzanine de Notre-Dame-du-Rosaire. Beaucoup de commentaires ont fusé.

« Je ne sais pas trop quoi ajouter à tout ce débat. Triste, quoi. Un legs détruit. Au moins, ils ne touchent pas aux livres laissés (...) » a-t-il commenté sur sa page.

« Espérons maintenant que l'appui d'Alexandre Cloutier servira à assouplir certaines règles pour reconstruire à nouveau. C'est ce que je nous souhaite. »

Rappelons que M. Nadon a reçu récemment l'appui d'Alexandre Cloutier, candidat à la chefferie du Parti québécois et député de Lac-St-Jean.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer