Sherbrooke suspend le règlement sur les licous

La décision des élus de la Ville de... (Spectre Média, René Marquis)

Agrandir

La décision des élus de la Ville de Sherbrooke a été accueillie par des forts applaudissements dans une salle du conseil municipal bondée.

Spectre Média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) La Ville de Sherbrooke suspend sa volonté d'adopter un règlement qui forcerait les propriétaires de chiens pesant plus de 20 kg à leur faire porter un licou. Les élus ont convenu d'attendre le dépôt, le 31 août, du rapport de la table de travail formée par le gouvernement du Québec pour encadrer les chiens dangereux.

La décision a été accueillie par de forts applaudissements dans une salle du conseil municipal bondée lundi.

« Le conseil s'est penché à deux reprises hormis la journée d'aujourd'hui. À l'origine les avis étaient partagés parmi les membres du conseil. Certains étaient partisans d'obliger le port de la muselière, d'autres de maintenir la réglementation actuelle. Tous s'étaient alors rangés au port du licou », a expliqué le président du comité exécutif Serge Paquin.

Les services juridiques ont donc entamé un processus de réflexion et ont rapidement convenu que le port du harnais aurait pu remplacer celui du licou. Le règlement demeurait malgré tout difficilement applicable. Il revenait effectivement au policier qui remettait une contravention à un citoyen de prouver que son chien pèse plus de 20 kilos. « On voyait difficilement comment ça aurait pu s'appliquer dans le concret », explique Serge Paquin.

« Une autre façon de faire était de renverser le fardeau. Les gens auraient dû montrer que leur chien a moins de 20 kilos. Il y aurait eu une médaille spéciale où ç'aurait été clair que le chien pèse moins de 20 kilos. Compte tenu de ces difficultés d'application et que le gouvernement du Québec a entrepris une réflexion pour revoir la législation sur les animaux dangereux, nous avons recommandé aux membres du conseil de ne pas aller de l'avant », ajoute-t-il.

« Au cours des trois dernières semaines, nous avons entendu et lu beaucoup de choses. Des gens voyaient mal comment le licou empêcherait les morsures, alors que la raison du règlement était davantage pour permettre un meilleur contrôle de l'animal. Nous devons aussi gérer le sentiment de sécurité des citoyens, et une façon de le faire est de nous assurer que les maîtres exercent un meilleur contrôle sur leur animal », a commenté le maire Bernard Sévigny.

«Si nous devons appliquer un règlement imposé par Québec, il n'y aura pas de consultation publique.»


Aucune consultation publique ne sera menée. « À moins que le gouvernement du Québec fasse une commission et des consultations publiques, c'est un comité qui entendra des experts et qui fera des recommandations. Si nous devons appliquer un règlement imposé par Québec, il n'y aura pas de consultation publique. Mais il y en a eu une par la force des choses. Il est rentré des centaines de courriels, d'un côté comme de l'autre. À partir du moment où il y a une loi, elle doit s'appliquer à tout le monde. Mais comme nous sommes autour de la table, nous pouvons influencer l'orientation du gouvernement du Québec. »

Le président du comité de la sécurité publique, Marc Denault, a qualifié le dossier d'émotif. « Il n'y a pas de solution qui fera l'unanimité, mais nous visons à ce que les propriétaires s'occupent de leurs chiens et en soient responsables. »

Plusieurs citoyens ont tout de même tenu à prendre la parole à l'hôtel de ville lundi. Pierre-Yves Lauzon a entre autres réclamé un parc canin dans le secteur Rock Forest, en suggérant qu'il soit au parc Central. Le conseiller Bruno Vachon a rétorqué qu'il fallait d'abord choisir le meilleur site pour ne pas créer de problème.

Un autre citoyen a prétendu que moins de 1 % des morsures surviennent lorsqu'un chien est tenu en laisse.

La Ville de Québec a elle aussi fait marche arrière lundi dans l'application d'un règlement qui visait à bannir les pitbulls.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer