L'Estrie aura son Dr Cannabis

Régis Gaudet, responsable de Dr Cannabis Estrie.... (Spectre Média, Jessica Garneau)

Agrandir

Régis Gaudet, responsable de Dr Cannabis Estrie.

Spectre Média, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Les gens qui souhaitent obtenir du cannabis à des fins médicales pourront désormais tenter d'en obtenir par l'entremise de Dr Cannabis Estrie, un commerce qui ouvrira ses portes mercredi sur la rue Alexandre à Sherbrooke. Le Collège des médecins du Québec (CMQ), pour sa part, déplore le vide juridique dans lequel se retrouve ce genre de commerce.

Responsable de Dr Cannabis Estrie, Régis Gaudet indique que le commerce offrira un service de préqualification aux clients, en leur expliquant notamment pour quels symptômes le cannabis pourra être utilisé.

Ces clients devront se présenter avec leur dossier médical. Idéalement, ils devront aussi avoir tenté de soulager leur douleur avec des médicaments traditionnels, note M. Gaudet.

Ils seront ensuite mis en lien avec un médecin qui pourrait leur prescrire du cannabis. Les coûts varieront entre 155 $ pour un médecin du régime public et 700 $ au privé. Les médecins qui peuvent prescrire du cannabis doivent faire partie d'un programme de recherche. « Les médecins de famille qui ne sont pas inscrits au programme de recherche ne sont pas autorisés à en prescrire », note M. Gaudet, en soulignant que les coûts avancés sont pour quatre ans, soit la durée du programme de recherche. Ce dernier précise qu'il n'est pas médecin.

Différentes formes de cannabis seront proposées.

« Beaucoup de gens nous disent que fumer n'est pas bon. Certaines compagnies offrent du cannabis en huile ou en gouttes. »

Dr Cannabis Estrie est une filiale d'une entreprise ontarienne qui doit fonctionner avec des producteurs autorisés à cultiver du cannabis au pays.

« Quand on parle d'encadrement, on déplore le fait qu'il y ait peu d'encadrement pour l'usage du cannabis à des fins médicales », commente le Dr Yves Robert, secrétaire général du CMQ. Le règlement en place n'encadre pas les intermédiaires comme Dr Cannabis Estrie. « On est dans un vide réglementaire, c'est aussi simple que ça. » « On observe l'émergence d'intermédiaires qui font partie d'un réseau de distribution », souligne-t-il également.

Au Québec, des règles ont été mises en place pour resserrer la pratique des médecins. Parmi elles, les médecins qui prescrivent du cannabis à des fins médicales doivent le faire dans un contexte de recherche.

« Si le médecin qui fait des ordonnances à travers ce service est un médecin du Québec, j'aimerais avoir le nom du médecin, j'aurais des choses à lui dire! » lance Dr Robert. Les possibilités qu'offre le cannabis méritent néanmoins d'être étudiées, dit-il en citant notamment une étude faisant ressortir les impacts positifs du cannabis chez les enfants épileptiques.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer