Assermentation: un pourcentage record de médecins de famille

La cérémonie d'assermentation marque la fin d'un long... (Spectre Média, René Marquis)

Agrandir

La cérémonie d'assermentation marque la fin d'un long parcours scolaire et l'arrivée en pratique active de nombreux nouveaux médecins.  Annie Drapeau, la seule neurochirurgienne de la cohorte 2016 de l'UdeS, pose avec son collègue Benoit Heppel, nouveau médecin de famille, et le doyen de la Faculté de médecine et des sciences de la santé, Dr Pierre Cossette.

Spectre Média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Un pourcentage record de la cohorte 2016 des finissants en médecine de l'Université de Sherbrooke a choisi la médecine de famille.

La cérémonie d'assermentation des nouveaux médecins finissants de la faculté de médecine et des sciences de la santé (FMSS) de l'Université de Sherbrooke (UdeS) avait lieu jeudi au Centre culturel de l'UdeS. La cohorte 2016 compte 179 médecins-résidents.

« C'est une très belle journée aujourd'hui qui couronne une superbe année. On gradue près de 180 finissants dont plus de la moitié, soit 56,4 pour cent, seront des médecins de famille. Il s'agit d'un pourcentage record et ce nombre grandissant de médecins de famille répond aux besoins de la population », s'est réjoui le doyen de la FMSS, Dr Pierre Cossette, ajoutant qu'il y a une quinzaine d'années le pourcentage de médecins de famille des cohortes variait entre 40 et 45 pour cent.

Benoit Heppel est l'un de ces nouveaux médecins de famille. Originaire des Laurentides, il a déménagé à Sherbrooke pour ses études en 2005.

« Dans mon cas, c'est un long parcours qui m'a mené à la médecine de famille, car j'ai d'abord fait de la recherche avant de faire ce choix plus clinique », explique l'ancien étudiant de doctorat en biologie moléculaire.

« Je voulais me connecter davantage aux gens. Et j'ai choisi la médecine de famille parce que c'est la médecine de tous les âges et la médecine de tous les problèmes de santé. De plus, elle me permettra de suivre les gens sur une longue période », explique celui qui suivra une formation en soins palliatifs avant de commencer à pratiquer, en octobre, dans un CLSC de Sherbrooke tout en enseignant à la FMSS de l'UdeS.

Parmi les 179 finissants, Annie Drapeau est la seule nouvelle neurochirurgienne. Première médecin de sa famille, Dre Drapeau a toujours été douée pour les sciences. « Plus jeune, j'aimais aussi jouer du piano et faire du ballet et je pense qu'il y a un lien avec les sciences », note celle dont les champs d'intérêt exigent rigueur et discipline.

Ce sont les mentors croisés sur son chemin qui l'ont poussée vers la neurochirurgie. « Je savais déjà que j'aimais ce qui était spécifique et délicat, je voulais faire quelque chose de chirurgical et ce sont les personnes que j'ai rencontrées dans mes premières années de médecine qui m'ont vraiment fait aimer cette spécialité », raconte la Dre Drapeau en pensant à toute l'équipe de neurochirurgie du CHUS.

Dre Drapeau est partie au lendemain de son assermentation pour une surspécialisation d'un an en neurochirurgie pédiatrique à Columbus, Ohio.

La cérémonie d'assermentation marque la fin d'un long parcours scolaire et l'arrivée en pratique active de ces nouveaux médecins. Les participants ont prononcé leur serment professionnel. « Je remplirai mes devoirs de médecin envers tous les patients avec conscience, loyauté et intégrité; je donnerai au patient les informations pertinentes et je respecterai ses droits et son autonomie... »

Il s'agit d'un moment important non seulement pour les nouveaux médecins fraîchement assermentés, mais il l'est tout autant pour les parents et les membres du corps professoral présents. La rectrice Luce Samoisette et le secrétaire du Collège des médecins, Dr Yves Robert, ont notamment pris la parole lors de la cérémonie.

Parmi les 179 médecins-résidents qui ont été assermentés, 120 ont répondu à un sondage dont les résultats indiquent que 17 nouveaux médecins ont été recrutés pour une pratique en Estrie, soit neuf médecins de famille et huit spécialistes.

Un A+ pour la faculté de médecine et des sciences de la santé

La faculté de médecine et des sciences de la santé (FMSS) a obtenu une note presque parfaite lors de la récente visite d'agrément des programmes médicaux postdoctoraux. Une autre raison pour le doyen de la faculté, le Dr Pierre Cossette, de célébrer.

« En plus de la belle cohorte de finissants qui gradue avec un pourcentage record de médecins de famille, 29 des 30 programmes de résidence offerts ont eu un agrément complet du premier coup. On nous dit que c'est un succès jamais vu au Canada. Je pense que cela témoigne de la qualité de nos programmes. Nos finissants sont bien outillés pour leur travail », a commenté ce dernier.

La visite d'agrément des programmes médicaux postdoctoraux se déroule tous les six ans et est effectuée conjointement par trois collèges: le Collège Royal des Médecins et Chirurgiens du Canada, le Collège des Médecins de Famille du Canada et le Collège des Médecins du Québec.

« À l'université, un 29 sur 30 c'est un A+, a mentionné le doyen, le Dr Pierre Cossette. Je veux souligner le travail formidable fait par le Pr Serge Langevin et son équipe, qui méritent notre reconnaissance. Je tiens aussi à remercier toutes les personnes du bureau des études médicales postdoctorales de leur engagement au cours de ces années. Ce succès témoigne de la qualité du travail fait depuis la dernière visite, autant au niveau de l'équipe du vice-décanat que par les professeurs qui enseignent et supervisent au quotidien. »

Dix grandes forces institutionnelles ont été identifiées par l'équipe visiteuse principale. Parmi les forces énoncées, les contributions du vice-doyen aux études médicales post doctorales, du vice-doyen adjoint, de l'adjoint à la direction administrative et de la structure d'appui à la formation professorale ont été spécifiquement saluées. Par ailleurs, la présence d'un réseau fort, complémentaire et original, incluant les pôles de Longueuil, du Saguenay-Lac-St-Jean et de l'Atlantique francophone a été soulignée. Le climat d'apprentissage et la convivialité du travail ont aussi été notés, malgré les grandes exigences académiques des programmes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer