Un centre de qualification pour pompiers volontaires voit le jour

Les pompiers volontaires de l'Estrie peuvent désormais compléter... (Spectre Média, Marie-Lou Béland)

Agrandir

Les pompiers volontaires de l'Estrie peuvent désormais compléter leur formation pratique en sécurité incendie au centre de qualification de Cookshire-Eaton, qui offre de multiples possibilités de simulation.

Spectre Média, Marie-Lou Béland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Les pompiers volontaires de l'Estrie n'auront plus à se déplacer hors de la région pour compléter leur formation pratique en sécurité incendie.

La municipalité de Cookshire-Eaton a présenté, mardi, son centre de qualification en sécurité incendie situé à proximité de l'aéroport régional de Sherbrooke.

« Le projet permet de procéder aux évaluations de candidats pompiers à temps partiel. Nous y faisons de l'entraînement, des formations spécifiques et des évaluations de l'école

nationale à la suite de leurs 366 heures de formation. C'est le Centre de formation 24 - Juin qui gère la formation des pompiers volontaires en Estrie », explique le directeur des incendies de Cookshire-Eaton, Éric Cloutier.

Déjà, une trentaine de pompiers de la région ont complété leur formation en passant leur évaluation pratique au centre de Cookshire-Eaton.

C'est le cas de Joey Ruel et Alain Carrier.

« Nous étions avec des confrères de Bury, Windsor, Ayer's Cliff et Compton. C'est vraiment intéressant d'avoir ce type d'équipement près de chez nous », estime Alain Carrier.

« Nous allons pouvoir pratiquer régulièrement ici afin d'être prêts à intervenir », ajoute Joey Ruel.

Les possibilités de simulation sont multiples. Les pompiers peuvent notamment intervenir dans une pièce enfumée pour en sortir une victime, réussir à intervenir dans l'obscurité dans une pièce pleine de débris ou intervenir dans une tour d'escalier de 15 mètres.

« Il y avait une lacune en région concernant la qualification pratique de nos pompiers. Nous avons pris en main la situation en mettant en place ce centre de formation unique en Estrie. Notre centre est le plus complet et le plus récent au Québec », se réjouit le maire de Cookshire-Eaton, Noël Landry.

Le marché principal demeure pour le moment la qualification en sécurité incendie pour les pompiers volontaires de l'Estrie.

La municipalité de Cookshire-Eaton entend étendre l'offre aux policiers, aux groupes d'intervention tactique ou aux municipalités en matière de santé et sécurité.

« Les structures peuvent servir aux corps policiers pour des situations de confinement ou des prises d'otage », explique Éric Cloutier.

La municipalité de Cookshire-Eaton a investi 270 000 $ pour transformer le bâtiment légué par Environnement Canada sur le chemin de l'aéroport en salle de formation et pour aménager la structure de formation pratique.

« Nous avons vendu un centre communautaire à Cookshire. Ce montant a été investi dans ce centre de formation. Nous avons fait un emprunt que nous comptons rembourser sur 15 ans. L'objectif est de s'autofinancer. Nous espérons générer des revenus de 20 000 $ à 25 000 $ par année. Nous visons aussi faire du démarchage auprès des services incendies et de l'association paritaire en matière de santé et sécurité des villes. Nous avons des installations pour les accommoder. Nous pouvons aussi louer notre salle polyvalente 12 mois par année », explique le directeur général de Cookshire-Eaton, Martin Tremblay.

L'entreprise Granby Composites de Ham Nord a offert un réservoir d'eau 10 000 gallons pour desservir le centre de formation ainsi que l'aéroport de Sherbrooke.

Airpole en attente de subvention

Le projet de centre d'expertise en sûreté aéroportuaire Airpole qui pourrait voir le jour à l'aéroport régional de Sherbrooke demeure en attente d'une réponse de la part du gouvernement fédéral pour une subvention.

« Nous attendons de savoir si l'on peut se qualifier pour une subvention du volet 2 du programme fédéral des infrastructures. Notre députée Marie-Claude Bibeau porte le projet. Nous sommes en attente de réponses et avons confiance en elle », explique le président du conseil d'administration d'Airpole, Bernard Ricard.

Annoncé en septembre 2015, le projet devait prendre son envol en 2016 et comprendre trois phases, soit la création d'un centre de formation, une vitrine industrielle et un centre de test d'intégration des technologies et d'équipements. À terme, Airpole nécessitera des investissements de 22 M$.

Le centre d'expertise doit commencer à offrir des formations théoriques au Cégep de Sherbrooke et à l'Université de Sherbrooke en partenariat avec l'Association du transport aérien international (IATA) en attendant la mise en place des structures sur le site de l'aéroport à l'automne 2016 ou au printemps 2017.

La clientèle visée pour ces formations est composée de trois cibles : le personnel des aéroports sur le marché canadien et nord-américain, le personnel des compagnies aériennes et les compagnies aériennes de fret.

« L'objectif demeure toutefois les formations pratiques pour les pompiers aéroportuaires lors d'écrasement d'avion ou les situations d'urgence notamment. C'est cette vitrine pratique que nous visons. Les pompiers d'aéroports s'entraînent présentement à Dallas. Il n'y a aucun centre pratique pour la sûreté aéroportuaire au Canada », rappelle M. Ricard.

Bien que le centre de qualification en sécurité incendie ne fasse pas partie directement du projet, le maire de Cookshire-Eaton le voit comme un complément.

« Il est certain que nous allons voir comment nos installations pourraient servir dans le cadre de ce projet », estime le maire de Cookshire-Eaton, Noël Landry.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer