Une avancée contre « l'immortalité » des cellules cancéreuses

Une avancée scientifique sherbrookoise pourrait permettre le développement... (Photo fournie)

Agrandir

Une avancée scientifique sherbrookoise pourrait permettre le développement de nouveaux médicaments pour lutter contre « l'immortalité » de ces cellules cancéreuses.

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Une avancée scientifique sherbrookoise pourrait permettre le développement de nouveaux médicaments pour lutter contre « l'immortalité » de ces cellules cancéreuses.

L'équipe de recherche du Pr Raymund Wellinger, de l'Université de Sherbrooke, a récemment fait une découverte « essentielle à la compréhension de la multiplication incontrôlable de ces cellules ».

Les cellules normales présentes dans le corps humain se divisent à plusieurs reprises tout au long de leur vie. Chaque duplication provoque un petit raccourcissement des télomères, des enzymes qui agissent comme des boucliers protégeant l'ADN contre la dégradation.

Les cellules normales détiennent un nombre de divisions limité avant d'entrer en mort cellulaire programmée, note-t-on dans un communiqué de presse.

« Après des dizaines de divisions, les télomères deviennent si courts qu'ils ne fonctionnent plus. En d'autres mots, le bouclier ne fonctionne plus et la cellule meurt », explique-t-on.

« Les cellules cancéreuses, quant à elles, constituent une exception notable, puisque leur télomérase est réactivée, leur conférant la propriété de proliférer à l'infini. »

À ce jour, les scientifiques savent très peu de choses sur la façon dont la télomérase est générée et comment elle fonctionne dans ces contextes chez les cellules humaines.

L'étude du scientifique démontre que certaines protéines, déjà connues pour d'autres contributions dans la cellule, seraient impliquées dans l'action de la télomérase.

« Il apparaît dorénavant que ces protéines pourraient agir dans plus d'un processus cellulaire essentiel à la vie », souligne Raymund Wellinger, directeur du département de microbiologie et infectiologie.

« Si je peux expliquer le rôle de ces protéines sur la télomérase, il serait possible d'exploiter ce savoir pour développer de nouveaux médicaments pour freiner l'immortalité des cellules cancéreuses. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer