La SPA trouve preneurs pour ses pitbulls

Malgré tout ce qui a pu se dire... (Archives, Le Soleil)

Agrandir

Malgré tout ce qui a pu se dire et s'écrire au cours des dernières semaines, la Société protectrice des animaux de l'Estrie n'a eu aucun problème à faire adopter cinq chiens pitbulls depuis le 16 juin.

Archives, Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Malgré tout ce qui a pu se dire et s'écrire sur les pitbulls au cours des dernières semaines, la Société protectrice des animaux (SPA) de l'Estrie n'a aucun problème à faire adopter des chiens de cette race.

Depuis le 16 juin, cinq pitbulls de race pure et issus de croisements ont trouvé des maîtres. Une situation qui ne surprend pas Cathy Bergeron, porte-parole de la SPA de l'Estrie.

« Il y a des gens qui apprécient les pitbulls, lance-t-elle. Il s'est dit tellement de choses sur cette race au cours des dernières semaines. Il faut faire la part des choses. »

« Nous avions cinq pitbulls pour l'adoption, mais il n'en reste plus. Ils ont tous été adoptés. »

Le débat fait rage au Québec concernant la présence de cette race dans les villes. Le gouvernement québécois envisage de les interdire. Un « sentiment d'urgence » a gagné le gouvernement Couillard avec la multiplication des manchettes sur les incidents impliquant des pitbulls.

Le 8 juin, un pitbull s'est attaqué à une femme dans une cour arrière de Pointe-aux-Trembles. La dame de 55 ans est décédée.

D'autres cas d'attaque ont été médiatisés, notamment un dans le secteur de Sainte-Adèle, dans les Laurentides.

À Sherbrooke, on a décrété que les gros chiens devront porter le licou.

Protocole

Selon Mme Bergeron, un protocole d'adoption est en vigueur depuis de nombreuses années à la SPA. « Avant d'être adopté, l'animal est évalué. Il ne doit pas montrer de signes d'anxiété ni d'agressivité », explique-t-elle.

« Nous évaluons plein de choses, comme son comportement et sa santé. »

On veut aussi en savoir plus sur le futur maître, ajoute Cathy Bergeron. « Nous voulons toujours faire le match parfait. Nous n'allons pas offrir à l'adoption un chien très actif à quelqu'un de sédentaire », dit-elle.

« Nous posons des questions à la personne comme son mode de vie et son budget. »

En 2015, la SPA avait reçu huit pitbulls avant la période des déménagements, comparativement à cinq cette année.

Euthanasie ordonnée à Weedon

Par ailleurs, un chien pitbull devra être euthanasié après avoir mordu un enfant de Weedon il y a quelques jours. Selon l'inspecteur municipal Nicolas Blouin, on a dû prendre cette décision après avoir demandé une évaluation de la bête. « Le rapport de l'expertise nous montre que l'animal est toujours à risque », commente-t-il.

« L'animal avait mordu un enfant sur la rue St-Janvier. Heureusement, l'enfant ne gardera pas de séquelle. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer