La passerelle au-dessus de la 410 compromise

Les dépassements de coûts envisagés pourraient faire avorter... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Les dépassements de coûts envisagés pourraient faire avorter le projet de passerelle pour vélos que la Ville de Sherbrooke souhaitait construire au-dessus de l'autoroute 410, près du Carrefour de l'Estrie.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) La passerelle pour les cyclistes envisagée le long du boulevard de Portland et devant enjamber l'autoroute 410, dont la construction était prévue cet été, pourrait bien ne jamais voir le jour. Le coût des travaux, notamment lié à la surveillance du chantier, est plus élevé que prévu. La Ville de Sherbrooke travaille à trouver une solution pour aménager un lien cyclable à cet endroit.

En mêlée de presse lundi matin, la directrice du service des infrastructures urbaines à la Ville de Sherbrooke, Caroline Gravel, a confirmé que des discussions ont toujours cours avec le ministère des Transports du Québec (MTQ). « La passerelle ou le lien qui sera fait est encore à déterminer. Nous sommes en discussion avec le MTQ. Le protocole d'entente n'est pas signé », a-t-elle lancé.

La Ville avait obtenu une subvention de 710 000 $ du programme Véloce II du gouvernement du Québec pour la réalisation de la passerelle. « Nous avons fait reconduire la subvention jusqu'à l'année prochaine pour ne pas la perdre. Nous sommes allés en appel d'offres avec le MTQ et les coûts sont beaucoup plus élevés que ce que nous avions prévu. Les façons de faire du MTQ, avec la surveillance à temps plein, coûtent plus cher que prévu. Les types de travaux à faire par les entrepreneurs sont plus particuliers parce qu'on s'accroche à un viaduc existant. Ç'a été sous-estimé par le MTQ. »

La subvention a en effet été reconduite jusqu'au 31 mars 2017 dans une lettre du ministre Jacques Daoust datant du 26 mai 2016. Si les travaux devaient être accomplis l'an prochain, une nouvelle demande de reconduction devrait être déposée. À la Ville de Sherbrooke, on mentionne qu'il s'agit généralement d'une formalité.

Bruno Vachon, président du Centre de mobilité durable de Sherbrooke, explique que la Ville n'est pas « maître d'oeuvre dans ce dossier-là ». Les dépassements de coût se chiffreraient en dizaines de milliers de dollars et friseraient 100 000 $.

« Le projet tel que pensé initialement est remis en question. Nous sommes en train de travailler des options pour utiliser les infrastructures existantes. Avant d'aller plus loin, j'aimerais voir si nous pouvons faire la passerelle comme prévu. Si le projet change, nous reviendrons pour vous le présenter », dit Caroline Gravel.

La subvention du programme Véloce II est strictement liée au lien cyclable sur le boulevard de Portland. Pour toucher les fonds, il faudra donc réaliser un projet à cet endroit précis.

La Ville avait annoncé en octobre 2015 que l'option d'une passerelle indépendante avait été retenue. Elle doit avoir une largeur de 3 m et permettre de conserver le trottoir pour les piétons. La structure devait coûter 1,7 M$.

L'option d'une piste multifonctionnelle de 2,8 m avait été rejetée parce qu'elle ne permettait pas de traverser le pont sur le vélo. Les cyclistes auraient dû descendre de leur monture pour assurer la sécurité des piétons.

« Nous avons jugé qu'il était plus sage de revoir les options que nous avions étudiées. La décision pourrait être prise rapidement. Nous sommes à voir si nous pouvons négocier pour faire les travaux différemment », ajoute Bruno Vachon.

Interrogé sur le sujet, le conseiller du district du Carrefour Pierre Tardif a affirmé ne pas avoir été informé de la situation. Le président du comité de la sécurité publique, Marc Denault, qualifie la situation d'inquiétante, mais convient qu'il faut tenir compte de la réalité budgétaire. « Je ne pense pas que l'option de passer sur le tablier du pont soit la bonne. Il y a déjà beaucoup de circulation. Il y avait une raison pour laquelle nous avions opté pour une passerelle. »

Caroline Gravel rapporte que les coûts associés à la passerelle de la 410 n'ont aucune incidence sur les visées d'une structure semblable sur la route 216, au-dessus de l'autoroute 610. « Ce sont des projets différents et ils seront traités comme tel. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer