Mezzanines de lecture: pas d'accident en 20 ans, dit Nadon

« Dire que la mezzanine n'est pas sécuritaire est une erreur. Dites plutôt... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) « Dire que la mezzanine n'est pas sécuritaire est une erreur. Dites plutôt qu'elle est sécuritaire, MAIS en bois. Qu'elle est sécuritaire, MAIS avec un plafond quelques centimètres trop bas. »

Voilà ce qu'avait à répondre Yves Nadon, cet enseignant à la retraite qui a bâti la première mezzanine à l'école Notre-Dame-du-Rosaire, au député Luc Fortin concernant ses propos publiés dans La Tribune samedi.

Le député de Sherbrooke et ministre responsable de l'Estrie avait affirmé que les 17 mezzanines scolaires érigées dans huit écoles primaires de la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS) devaient bel et bien être démolies malgré les appels à la contestation, et ce, au nom de la sécurité des enfants.

« Vos propos laissent entendre que nous avons fait [les mezzanines] au détriment de la sécurité des enfants. Si vous étiez venu voir dans la classe, vous auriez vu que moi aussi, je ne faisais pas de compromis avec la sécurité. Jamais un parent n'a dit avoir peur de la structure. Jamais un enfant ne s'y est blessé. Mais en plus de la sécurité, je devais penser à eux, les humains dans cette classe. Je devais penser sécurité ET éducation », rétorque Yves Nadon dans une lettre publiée sur Facebook, notant au passage qu'en plus de vingt ans, aucun accident ne s'est produit en lien avec les mezzanines.

Le retraité déplore également que ni la Régie du bâtiment du Québec ni la CSRS n'aient essayé d'arriver à un compromis quelconque.

« Nous avons tenté de savoir comment rendre [les mezzanines] sécuritaires. En métal? Et si la hauteur était de 1 mètre 70 au lieu de 2 mètres 10, ça irait? Personne ne nous répond. Personne. »

2500 signatures

Yves Nadon est loin d'être le seul à s'insurger contre le démantèlement de ces mezzanines de lecture visant à favoriser l'apprentissage des élèves. Depuis mercredi soir, plus de 2500 personnes ont signé la pétition mise en ligne par l'enseignant sur le site change.org.

La pétition exhorte le ministre de l'Éducation, Sébastien Proulx, à « tenter de faire adapter les normes de la Régie des bâtiments en ce qui concerne les écoles ». Elle sera envoyée à Alexandre Cloutier, porte-parole de l'opposition officielle en matière d'éducation, de recherche et de persévérance scolaire, à Jean-François Roberge, porte-parole du deuxième groupe d'opposition, ainsi qu'au ministre Proulx.

« Les classes sont souvent trop petites pour créer un environnement favorisant les apprentissages. Par l'ajout de ces structures, ces classes sont devenues uniques, stimulantes, chaleureuses et invitantes. Si les élèves ont envie de se rendre à l'école tous les jours, car ils se sentent bien dans leur classe, nous venons de faire un pas de plus dans la lutte contre le décrochage scolaire », commente notamment Annie-Pier L'Heureux sur le site de la pétition.

« La réussite scolaire passe par ces initiatives qu'il faut saluer et encourager. Au contraire, les détruire revient à dire que nos efforts pour adapter l'école aux élèves sont vains », ajoute Marc Belliveau.

Rappelons que la démolition des mezzanines de la CSRS devrait débuter dès lundi, celles-ci étant jugées non conformes aux normes de la Régie du bâtiment.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer