Une Asbestrienne plus haut gradée des armes de combat

La brigadier-général Jennie Carignan est originaire d'Asbestos et... (Photo fournie par la Presse Canadienne)

Agrandir

La brigadier-général Jennie Carignan est originaire d'Asbestos et compte 30 années de service militaire.

Photo fournie par la Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yvan Provencher
La Tribune

(ASBESTOS) La brigadier-général Jennie Carignan, originaire d'Asbestos, est devenue le 15 juin dernier la femme la plus haut gradée au sein des armes de combat lors d'une cérémonie présidée par le commandant de l'Académie canadienne de la Défense, le major-général Éric Tremblay.

À la suite de sa promotion, elle occupe le poste de chef d'état-major des opérations de l'Armée. Le parcours de la brigadier-général Carignan est exceptionnel, elle qui compte 30 années de service militaire. Elle détient plusieurs diplômes, dont un en génie du carburant et des matériaux (Collège militaire royal du Canada), une maîtrise en administration des affaires (Université Laval), et une maîtrise en arts et en science militaires (United States Army School of Advanced Military Studies du Kansas). Elle a été déployée en Bosnie-Herzégovine, sur le plateau du Golan ainsi qu'en Afghanistan, en qualité de commandante du Régiment du génie de la Force opérationnelle de Kandahar.

La brigadier-général Carignan s'est récemment vu décerner la prestigieuse médaille de la Gloire de l'Escolle, qui récompense les diplômés de l'Université Laval qui se sont distingués sur le plan professionnel et au service de leur communauté.

« La brigadier-général Carignan est un véritable modèle et elle a fait ses preuves en tant qu'excellente dirigeante d'hommes et de femmes. Elle sera une source d'inspiration pour nos femmes en service et pour celles qui envisagent de faire carrière dans les FAC. Sa réussite démontre une fois de plus que les portes qui étaient jadis fermées aux femmes sont maintenant grandes ouvertes », a déclaré la contre-amiral Jennifer Bennett, directrice générale du Centre d'intervention sur l'inconduite sexuelle et championne de la condition des femmes au sein de la Défense.

Durant sa prestigieuse carrière, Jennie Carignan a été la première femme à commander une unité de combat, le 5e Régiment de génie de combat de l'armée canadienne. En 2014, on l'a retrouvée au commandement du Collège militaire royal (CMR) de Saint-Jean, devenant également la première femme à occuper cette importante fonction au pays.

Dans une entrevue accordée à La Tribune en 2014, elle déclarait : « Dans de nouvelles fonctions, j'arrive avec ma personnalité, mes connaissances, je ne me rends pas compte des perceptions autour de moi. Je suis très à l'aise dans mon rôle, avec mes équipes je veux simplement contribuer à faire une différence, réaliser quelque chose de plus grand. Servir sa nation est une tâche très noble. J'assume un grand respect pour la profession militaire. Quand on arrive dans un pays étranger avec le drapeau canadien sur son uniforme, nous devenons la représentation, l'image du Canada. Nous devons être à la hauteur, avec une arme en mains, on ne peut faire n'importe quoi ».

Sa mère, Isabelle Picard, qui habite encore à Asbestos, parle de sa fille comme une personne disciplinée et déterminée. « Dès sa jeunesse, elle n'aimait pas perdre son temps, n'acceptait pas les situations anormales qui résultaient en perte de temps. Intelligente, intense et déterminée, elle savait être rassembleuse sans nécessairement provoquer de grosses vagues, tant auprès des gars que des filles. Je suis fière que son travail et les efforts déployés dans sa carrière militaire aient été reconnus par ses pairs. »

L'Asbestrienne d'origine Jennie Carignan est considérée parmi les plus influentes au Canada.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer