Des besoins financiers importants à la Villa Pierrot

Résidant à la Villa Pierrot, Davina Sergent apprécie... (Spectre Média, Marie-Lou Béland)

Agrandir

Résidant à la Villa Pierrot, Davina Sergent apprécie le support que lui offre le personnel de cet organisme et les autres locataires de la résidence. On l'aperçoit en compagnie d'Alexandre Forest, coordonnateur de Rouler à vélo pour la Villa Pierrot, ainsi que de Jean-Luc Dasté, directeur général de la Caisse Desjardins du Lac-Memphrémagog et président d'honneur de l'événement bénéfice.

Spectre Média, Marie-Lou Béland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Tentant d'offrir toujours plus de services à la clientèle qu'elle dessert, la Villa Pierrot continue d'avoir d'importants besoins de financement. Peu surprenant dans ce contexte que l'organisme magogois prépare la sixième édition de l'événement Rouler à vélo pour la Villa Pierrot.

Directrice de la Villa Pierrot, Lise Cadieux, confie que cet organisme reçoit moins d'argent qu'auparavant de la part des gouvernements fédéral et provincial. « Les subventions provenant des deux gouvernements sont en nette diminution », révèle-t-elle.

Mme Cadieux assure cependant que l'organisme, qui supporte des mères monoparentales, n'a pas de mal à payer son hypothèque. « Non, la problématique qu'on rencontre concerne notre mission et l'encadrement qu'on est en mesure de fournir aux mamans », précise-t-elle.

La directrice de la Villa Pierrot aimerait que trois intervenants à temps plein oeuvrent auprès des mères monoparentales, mais seule une ressource et demie est disponible pour cette tâche.

Depuis un an, l'organisme a commencé à offrir du soutien aux futures résidentes de la Ville Pierrot ainsi qu'à celles qui ont quitté cette résidence toute spéciale. Cet accompagnement supplémentaire demande du temps, d'autant plus que les besoins des deux groupes de femmes sont non négligeables.

Compte tenu de la situation, un comité de réflexion a été créé. Il a comme mandat de réfléchir au futur de l'organisation. « On verra ou cela nous conduit. Au besoin, on osera le changement. »

Quelles que soient les conclusions du comité de réflexion, Lise Cadieux considère que « l'augmentation de l'autofinancement, une sollicitation accrue des fondations et le lancement d'un projet d'économie sociale » constituent des pistes de solution à la problématique existante.

Toutefois, si le ciel n'est pas parfaitement bleu au-dessus de la Villa Pierrot, il n'est pas totalement sombre non plus. « Des filles qui sont passées par chez nous font maintenant carrière dans l'enseignement, le notariat, la santé et j'en passe », souligne fièrement Mme Cadieux.

Rouler pour la villa

Cette année, le directeur général de la Caisse Desjardins du Lac-Memphrémagog, Jean-Luc Dasté, a accepté la présidence d'honneur de Rouler à vélo pour la Villa Pierrot, qui aura lieu le 28 août prochain.

M. Dasté affirme être enthousiasmé par la mission de l'organisme. « Je trouve assez extraordinaire que des mamans reprennent en main leur avenir et celui de leurs enfants », lance ce grand amateur de vélo.

Louant un des appartements de la résidence, Davina

Sergent assure pour sa part que la Villa Pierrot et ses locataires lui apportent beaucoup. « La Villa est un genre de repère pour moi, mentionne-t-elle. C'est plus que juste un appartement, ce lieu-là. On a un sentiment d'appartenance qui se développe. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer