Étudiants et professionnels dans le même labo de formation

La ministre responsable de l'Enseignement supérieur Hélène David... (Spectre Média, Jessica Garneau)

Agrandir

La ministre responsable de l'Enseignement supérieur Hélène David a annoncé mardi une contribution de 5,2 M$ pour compléter l'aménagement du laboratoire de simulation clinique de la faculté de médecine de l'UdeS et du CIUSSS de l'Estrie-CHUS en présence de la présidente-directrice générale du CIUSSS de l'Estrie-CHUS, Patricia Gauthier, du doyen de la FMSS, Pierre Cossette, du député de Saint-François Guy Hardy, et de la rectrice de l'Université de Sherbrooke, Luce Samoisette.

Spectre Média, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Jacynthe Nadeau</p>
Jacynthe Nadeau
La Tribune

(Sherbrooke) Des mannequins haute-fidélité, des équipements à la fine pointe des technologies, des caméras pour relayer les simulations dans une salle de debriefing, le nouveau laboratoire de simulation clinique du CIUSSS de l'Estrie-CHUS et de sa faculté de médecine a fait tourner les têtes mardi à Sherbrooke.

« L'intérêt c'est qu'on peut y mailler la formation initiale qu'on fait à la faculté de médecine avec la formation continue des professionnels en pratique au CIUSSS de l'Estrie-CHUS, explique le doyen de la FMSS Pierre Cossette. Cela veut dire que nos résidents en médecine à différents niveaux de formation vont pouvoir y travailler par exemple en collaboration avec des infirmières de l'urgence ou des soins intensifs (...) de façon très interdisciplinaire. »

« Cette intégration d'un grand laboratoire dans un hôpital et une faculté, c'est unique au Québec », précise-t-il.

Développé conjointement par les deux institutions depuis 2011 et mis en opération en septembre 2015, le LSC a été inauguré en présence de la ministre de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur Hélène David qui a annoncé une contribution de 5,2 millions $ pour compléter l'installation de 11,3 millions $ dans les murs de la Faculté de médecine et des sciences de la santé de l'Université de Sherbrooke.

L'autre part de 6,1 millions, a-t-on souligné fièrement, est venue entièrement de dons du milieu, via la Fondation du CHUS, la Fondation de l'Université de Sherbrooke, et la Société des médecins de l'Université de Sherbrooke.

« Je profite de l'occasion pour souligner l'appui indéfectible des nombreux donateurs qui ont rendu ce projet possible, et parmi ceux-ci de très nombreux médecins et professeurs de nos institutions », a d'ailleurs salué la présidente-directrice générale du CIUSSS de l'Estrie-CHUS Patricia Gauthier. « C'est toute la population de l'Estrie qui en tire profit en pouvant compter sur un personnel hautement qualifié. »

« Ce que nous inaugurons aujourd'hui c'est beaucoup plus que des locaux, a renchéri la rectrice de l'Université de Sherbrooke Luce Samoisette. Ce laboratoire, c'est un peu l'expression de notre marque de commerce, l'alliance entre le monde hospitalier et le monde universitaire, le point de rencontre entre des professeurs, des cliniciens et des étudiants, le tout au bénéfice de la population en général. »

Ces nouvelles installations de 1500 m2, qui rejoignent 2000 étudiants et 4000 employés, ont notamment permis à la faculté de médecine d'accueillir plus d'étudiantes dans un nouveau programme de soins infirmiers depuis septembre dernier, a précisé le Pr Cossette.

Le campus de Longueuil a également son laboratoire de simulation clinique, version réduite, auquel le ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur a contribué pour 3,1 millions $, a précisé Hélène David.

Le doyen de la FMSS s'en réjouit et laisse voir que l'hôpital Hôtel-Dieu du CIUSSS de l'Estrie-CHUS est aussi dans les cartons à plus long terme.

« Déjà on sait que la simulation va prendre plus de place dans le futur, donc on s'attend à avoir des besoins supplémentaires, conclut Pierre Cossette. C'est sûr qu'avec l'espace qu'on a ici on peut faire beaucoup, mais on estime qu'à terme on aura besoin d'encore plus d'espace. La technologie évolue beaucoup également. Il y a maintenant des simulateurs virtuels qui n'existaient même pas en 2011 quand on a commencé. Alors oui il y aura éventuellement d'autres facilités à l'Hôtel-Dieu pour les résidents qui travaillent sur place et pour une partie du personnel. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer