Une pneumonie emporte Sarah-Eve Fontaine

Avec l'aide de l'entraîneur Maxime Fredette, Sarah-Eve Fontaine... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Avec l'aide de l'entraîneur Maxime Fredette, Sarah-Eve Fontaine a participé le 29 mai dernier à la Course du Tournesol, événement au cours duquel elle a couru 5 km. Un exploit réussi seulement 10 mois après sa greffe pulmonaire et trois mois après la fin de ses traitements contre son cancer.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) « Quand elle a appris la gravité de son état, Sarah-Eve a demandé pour revenir à la maison, à Windsor, pour pouvoir partir entourée des gens qui l'ont toujours soutenue. Elle ne pouvait pas. Elle voulait que les gens sachent qu'elle n'a pas perdu son combat. Elle a décidé elle-même de partir parce que le diagnostic était définitif. »

C'est dans ces mots chargés d'émotion que la mère de Sarah-Eve Fontaine, Annie Lussier, a décrit les dernières volontés de sa fille décédée dans ses bras dans la nuit de lundi à mardi.

Hospitalisée depuis début juin, Sarah-Eve est décédée des suites d'une sévère pneumonie à Montréal où elle avait été transférée jeudi. Causées par la pneumonie, les lésions aux deux poumons étaient sévères et irréversibles.

En matinée mardi, la mère de Sarah-Eve a avait annoncé la triste nouvelle sur les médias sociaux.

« C'est avec une douleur insoutenable que Stephane et moi vous annonçons que notre Bella Sarah-Eve Fontaine, notre magnifique papillon, a pris son dernier envol pour enfin, enfin mettre fin au combat », a écrit la mère de la jeune femme de 21 ans.

« Elle est partie tout doucement dans le calme et sereine... dans mes bras pendant que je lui fredonnais sa berceuse préférée. Quel privilège que d'avoir eu cette enfant dans ma vie et autant de complicité ! » poursuit la mère endeuillée.

Cette annonce a entraîné une vague de compassion et d'amour.

Atteinte de fibrose kystique, Sarah-Eve avait reçu un cadeau immense le 4 juillet 2015, soit des nouveaux poumons qui lui permettraient de continuer son chemin. Annie Lussier avait fait campagne pour le don d'organes pendant huit mois avant que la jeune femme reçoive enfin des poumons en santé. Grâce à cette greffe, la Windsoroise a pu recommencer à respirer par elle-même. Quelques mois plus tard, elle a dû affronter un cancer des ganglions, un combat qu'elle a remporté en ayant toujours en tête la mémoire de son donneur.

Sarah-Eve était entrée d'urgence au Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CHUS) le 5 juin, une semaine après avoir participé à la Course du Tournesol, événement au cours duquel elle avait couru 5 km. Un exploit réussi seulement 10 mois après sa greffe pulmonaire et trois mois après la fin de ses traitements contre son cancer.

« On s'est tant donné, tant aimé, mais TELLEMENT aimé tous les six !!! Je ne peux qu'être comblée de toutes ces années et maintenant espérer avoir la force de guérir, de survivre.... avec Élizabeth Vallières, Flavie Vallières, Minou Vallières et Papa Stéphane Vallières », conclut Annie Lussier dans son message.

Une inspiration

Au cours de son parcours Sarah-Eve en a inspiré plusieurs par sa force et son courage. Par sa lucidité, sa résilience, son grand coeur. Plusieurs témoignages sur les réseaux sociaux le confirment.

« Tu as combattu et tu as gagné toute ta vie. Tu fais partie de ces personnes qui entrent dans nos vies et qui lui donnent un tout autre sens. Tu fais partie de ces personnes qui seront toujours présentes dans nos coeurs. C'est une amie déterminée, courageuse, positive et ô combien appréciée qui nous a quittés. Ne t'inquiète pas, c'est en gagnante que tu as pris ton envol, vers quelque part où tu pourras t'épanouir et veiller sur les gens que tu aimes », écrit une amie.

« En cette pleine lune et ce solstice de l'été, un doux ange s'est envolé. Sarah-Eve Fontaine, si magnifique, forte et remplie de douceur de guerrière, elle s'est transformée, tel un papillon. Elle n'est plus incarnée, mais très présente pour supporter ce monde. Cette femme et âme sublime nous a transmis énormément d'apprentissages, accueillons-les », écrit une autre amie.

Onde de choc à l'école du Tournesol

Le personnel et les élèves de l'école du Tournesol sont sous le choc après avoir appris mardi matin le décès de Sarah-Eve Fontaine, une ancienne élève de l'école secondaire de Windsor.

« On est toujours resté en contact. Sarah-Eve nous avait donné un coup de main pour le bal de finissants. Elle devait aussi animer une partie de la soirée du bal qui aura lieu demain », indique Louise Bergeron, professeure qui a enseigné à Sarah-Eve il y a quelques années et à sa mère, Annie Lussier, plusieurs années auparavant.

La professeure a reçu un texto d'Annie Lussier dans la nuit de lundi à mardi lui annonçant le grand départ de sa fille. « La famille avait été assez discrète à propos de la dernière hospitalisation de Sarah-Eve. Tout est allé rapidement. Sarah-Eve parlait hier après-midi et c'est elle qui a pris la décision de ne pas être intubée », note Mme Bergeron.

La professeure spécialisée en orientation avait parlé avec la Windsoroise de 21 ans récemment pour planifier son avenir professionnel. « On s'est rencontrées il y a trois semaines pour parler de la possibilité qu'elle aille étudier en communication à Jonquière. Cet été, elle avait d'ailleurs son émission à la radio communautaire de Windsor, CIAX, une émission pour laquelle elle avait carte blanche », relate-t-elle.

Mme Bergeron et sa collègue Nathalie Bourassa expriment leur admiration pour Sarah-Eve Fontaine et sa famille. « Sarah-Eve avait une grande force de caractère et toute la famille avait une incroyable capacité à se retrousser les manches après les coups difficiles. Et il y en a eu plusieurs. Annie, Stéphane et les filles avaient toujours un sourire ou un petit mot positif. Ils avaient des ailes. Prêts à tourner la page sur les épreuves et écrire un nouveau livre ou un nouveau chapitre heureux », révèlent les deux professeures du Tournesol.

« C'est un petit bout de femme qui n'a jamais baissé les bras. Aujourd'hui à l'école, tout le monde en jase et on pleure beaucoup. Les gens sont sans mot, car personne ne pensait qu'elle partirait. Aussi vite », concluent les professeures.

Sarah-Eve avait écrit à Mme Bergeron récemment pour lui dire qu'elle ne pourrait pas être au bal de finissants du Tournesol. « Ça la mettait en colère de ne pas pouvoir y être. » Amatrice de mode, Sarah-Ève avait lancé bénévolement le projet « Sur mon 36 » en collaboration avec le Centre d'action bénévole de Windsor. Son objectif était d'offrir à tous une location de vêtements de soirée, et ce, à prix abordable. Plusieurs se rendront à leur bal de finissants vêtus de beaux habits au cours des jours à venir, et ce, grâce à Sarah-Eve.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer