Les marchés, lieux de rencontres avant tout

Marie-Ève Riendeau, directrice des communications de l'Association des... (Spectre média, Marie-Lou Béland)

Agrandir

Marie-Ève Riendeau, directrice des communications de l'Association des marchés publics du Québec (AMPQ), Michael Page, maire de North Hatley, Claude Villeneuve, conseiller municipal à North Hatley, Diane Seguin, directrice de l'AMPQ, et Danny Roy, agent de revitalisation socioéconomique et conseiller aux entreprises à la Corporation de développement économique communautaire de Sherbrooke, ont lancé samedi la saison des marchés publics.

Spectre média, Marie-Lou Béland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(North Hatley) Une ambiance féerique régnait au marché champêtre de North Hatley samedi : avec la trentaine de marchands ajustant les derniers détails de leur kiosque, la musique festive du joueur d'accordéon à l'entrée et le soleil plombant sur les centaines de produits du terroir à l'honneur, tout était en place pour lancer en beauté la saison des marchés publics.

L'Association des marchés publics du Québec (AMPQ) a profité de l'occasion pour dévoiler sa campagne de promotion collective On se voit au marché!, visant à accroître l'achalandage des 18 marchés publics répartis sur le territoire estrien.

« Le principe de la campagne est simple : on mise sur le bouche-à-oreille. On veut inviter les citoyens à devenir des ambassadeurs de leur marché public en distribuant dans leur entourage des cartons d'invitation que nous avons créés », a expliqué Marie-Ève Riendeau, directrice des communications de l'AMPQ.

Sur ces cartons se trouve le slogan « On se voit au marché! » ainsi que le visuel de la campagne, créé par l'illustratrice québécoise Louise-Catherine Bergeron, représentant un producteur entouré de ses fruits et légumes et de clients enthousiastes. Au recto, les coordonnées de l'un des 18 marchés publics estriens, et au verso, celles de tous les autres, pour encourager les gens à « être infidèles » et à visiter les nombreux marchés de la région.

« Lors de la distribution des cartons, les citoyens pourront mettre de l'avant ce qui rend leur marché est exceptionnel, parce que tout le monde sait qu'un marché public a sa propre personnalité, sa couleur distinctive, a souligné Mme Riendeau. C'est ce qui fait en sorte que chacun d'entre eux est un joyau à découvrir. »

« Un trésor pour les consommateurs »

En plus de permettre un meilleur accès à des aliments de qualité et de tisser des liens entre les producteurs et les consommateurs, les marchés publics offrent un lieu de rencontre et d'échange au sein de la communauté où ils se situent.

« Un marché public, c'est un trésor pour les consommateurs : c'est vraiment un luxe d'avoir ça dans son village ou dans le village voisin », soutient Diane Seguin, présidente de l'AMPQ.

« L'intérêt d'un marché public pour les consommateurs, c'est de pouvoir jaser avec les producteurs, de reconnaitre leur compétence et de savoir exactement d'où viennent les produits qu'ils achètent. Les produits sont d'une fraîcheur incroyable : les fraises restent sur le comptoir et n'ont pas de poils au bout de deux jours! »

« En plus, il y des retombées commerciales et récréotouristiques indirectes, puisque lorsque les gens vont faire leurs achats dans les marchés, ils ont tendance à acheter dans les commerces autour », affirme

Danny Roy, agent de revitalisation socioéconomique et conseiller aux entreprises à la Corporation de développement économique communautaire de Sherbrooke.

« Une récente étude a montré que 39 % des gens qui visitent un marché en profitent pour faire une activité connexe à proximité. On peut donc dire que les marchés publics participent à faire vivre notre économie locale. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer