Nouveau départ pour la Fête de l'eau

Après avoir dû être annulée l'an passé en... (Spectre média, Marie-Lou Béland)

Agrandir

Après avoir dû être annulée l'an passé en raison d'une fraude de 54 000 $, la Fête de l'eau, organisée par le club nautique de Sherbrooke, était de retour samedi pour sa 14e édition.

Spectre média, Marie-Lou Béland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Quelque 250 rameurs amateurs ont vogué sur le lac des Nations samedi, mesurant leurs forces dans une compétition amicale de bateau dragon dans le cadre de la 14e édition de la Fête de l'eau. S'ils espéraient décrocher la première position, tous étaient surtout présents dans le but d'amasser des fonds pour le club nautique de Sherbrooke.

« Mis à part la collecte d'argent pour le club, l'activité sert aussi à mettre des gens dans le bateau, leur faire vivre l'excitation de ce sport-là et la beauté du travail d'équipe qui est vraiment important en bateau dragon », mentionne Caroline Galipeau, athlète de ce sport et entraîneuse-chef au club nautique de Sherbrooke.

« Au club, ce qu'on essaie toujours de faire, c'est de partager notre passion pour faire grandir ce sport-là, qui demeure méconnu, et de donner le goût aux gens de le pratiquer. »

Si le nombre d'équipes participantes a largement diminué depuis la dernière édition de la Fête de l'eau en 2014, passant de 23 équipes à seulement 12, c'est justement parce que l'événement a été annulé l'an dernier, estime Nicolas Lemay, président du club nautique.

« Coup dur »

« L'année passée, l'événement n'a pas pu avoir lieu parce qu'on était en train d'enquêter sur un fraudeur au club, et c'était lui qui était responsable de l'activité », explique-t-il.

Rappelons qu'en octobre 2015, Jean-François Brisson a été arrêté et mis en accusation pour avoir fraudé le club nautique de Sherbrooke de 54 000 $ entre 2011 et 2014, alors qu'il occupait les fonctions de trésorier de l'organisme.

« Les fonds qu'on va collecter aujourd'hui vont justement nous aider à passer à travers le coup dur qu'on a subi à cause de cette fraude-là », affirme M. Lemay.

L'organisme a but non lucratif compte également se servir de cet argent pour faire l'achat de nouveaux équipements, agrandir son établissement et permettre à plus de jeunes rameurs d'accéder aux compétitions.

« Un bateau dragon, ça coûte entre 10 000 $ et 15 000 $, et on veut que les sports sur l'eau restent accessibles pour les gens de Sherbrooke », souligne Chantal St-Pierre, agente de développement et entraîneuse de bateau dragon au club nautique.

« Notre mission, c'est d'initier les jeunes aux sports de rame, que ce soit l'aviron, le canoë-kayak, ou le bateau dragon. Ici, on a un des plus beaux plans d'eau de la province pour ramer, et en pleine ville en plus. Alors on veut que les jeunes viennent s'inscrire et que ça ne leur coûte rien pour les compétitions. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer