Le Cégep adopte un budget déficitaire

Des travaux majeurs seront entrepris pour rénover l'enveloppe... (Spectre Média, Jessica Garneau)

Agrandir

Des travaux majeurs seront entrepris pour rénover l'enveloppe extérieure du pavillon six du Cégep de Sherbrooke, un édifice de 14 étages qui abrite la résidence étudiante.

Spectre Média, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Le Cégep de Sherbrooke a adopté un budget déficitaire de près de 212 000 $ mercredi soir. Le plan de redressement déposé par l'institution, qui contient une série de mesures visant à récupérer une somme de l'ordre de 500 000 $, a été accepté par Québec.

« On a su qu'il était accepté par le Ministère, c'est une bonne nouvelle », note la directrice générale de l'institution, Marie-France Bélanger.

Le déficit figurant dans le document budgétaire est un peu moins important que ce que prévoyait l'institution. Le Cégep de Sherbrooke attend toujours certains crédits budgétaires, et l'établissement a espoir que les sommes qui y sont liées puissent ramener le déficit à zéro.

« On n'a pas la totalité des données financières », précise Mme Bélanger.

L'ensemble des mesures annoncées dans le plan de redressement sont les mêmes qui figurent au budget. Parmi elles, on pense à une hausse des frais de la facture étudiante, à compter de la prochaine rentrée, l'abolition d'un poste de direction, etc.

En plus d'atteindre l'équilibre budgétaire, le plan vise également à récupérer la dette que le Cégep aura accumulée.

Le Cégep de Sherbrooke a supprimé 38 postes ces dernières années. Il n'est plus question de coupes massives. « Globalement, on ne crée pas de nouveaux postes. Il faut penser qu'on reste prudents. On essaie de se stabiliser pour repartir », image la directrice.

L'établissement collégial gère un budget de l'ordre de 60 M$.

Le Cégep de Sherbrooke avait adopté un budget déficitaire de 961 000 $ l'an dernier, ce qui l'a mené au dépôt d'un plan de redressement. Les prévisions montrent que le déficit pourrait toutefois être plutôt de l'ordre de 650 000 $ pour l'année financière en cours (2015-2016).

« Nos signaux sont quand même plus positifs », souligne Mme Bélanger, en rappelant que le Cégep a connu une série de coupes successives qui lui a fait mal.

La baisse de l'effectif étudiant des dernières années est maintenant freinée. Selon certaines prévisions, on pourrait compter quelque 5850 étudiants à la rentrée en août.

Travaux majeurs

Par ailleurs, des travaux majeurs seront entrepris pour rénover l'enveloppe extérieure du pavillon six, un édifice de 14 étages qui abrite la résidence étudiante. Les fenêtres et la brique doivent être changées. Le chantier pourrait s'étaler sur trois ou quatre années, selon une estimation sommaire.

L'intérieur du pavillon, qui compte une cinquantaine d'années, a récemment subi une cure de rajeunissement; c'est notamment le cas de la cafétéria.

« Il faut le faire en différentes phases. Il y en a une première cet été, on poursuit les travaux dans le bas du pavillon 6, les fenêtres de la cafétéria. On termine ce bout-là et l'an prochain on entreprend les grandes surfaces. Vous allez voir des grues pendant un certain temps », dit-elle en citant aussi le changement de toiture. Les résidences demeureront ouvertes. Deux phases de travaux sont prévues en 2017 et 2018. Les travaux sont de l'ordre de 6 M $. Il s'agit d'une estimation excluant les honoraires professionnels et avant taxes.

Mme Bélanger rappelle que les fonds pour les immobilisations sont indépendants du budget de fonctionnement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer