Le CIUSSS de l'Estrie-CHUS atteint l'équilibre budgétaire

Patricia Gauthier, directrice générale du CIUSSS.... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Patricia Gauthier, directrice générale du CIUSSS.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Alain Goupil</p>
Alain Goupil
La Tribune

(Sherbrooke) Malgré les compressions de 42 M$ qui lui ont été imposées par Québec, le CIUSSS de l'Estrie - CHUS est parvenu à atteindre l'équilibre budgétaire en 2015-2016, en sabrant notamment 18 M$ dans sa structure administrative et en abolissant 102 postes de cadres à travers sa nouvelle structure.

Les administrateurs de l'établissement ont adopté hier soir les états financiers équilibrés qui s'élèvent à 1,1 milliard $.

« L'équilibre budgétaire est atteint en respectant notre mot d'ordre d'alléger les structures administratives pour protéger les soins et services à nos usagers. C'était vraiment un crédo qu'on s'était donné et qu'on a respecté », a déclaré aux administrateurs le directeur des ressources financières et de la logistique, Pierre-Albert Coubat.

L'atteinte de cet équilibre, a-t-il ajouté, s'est réalisée tout en intégrant les établissements de la Haute-Yamaska et de La Pommeraie, en gérant de façon proactive les besoins de ses communautés tout en assurant la mission universitaire du CIUSS de l'Estrie - CHUS. »

Sur les 42 M$ de compressions, le CIUSSS de l'Estrie - CHUS a toutefois obtenu un soutien non récurrent du ministère de la Santé et des Services sociaux de 14 M$. Une aide que l'ensemble des établissements du réseau ont obtenue du fait que la réorganisation progressive des structures administratives et afin d'aider les établissements à payer les indemnités de départ, selon les règles ministérielles. Cette somme a aussi permis au CIUSSS d'intégrer les employés de l'ex-Agence de la santé et des services sociaux au sein de la nouvelle entité.

En soustrayant les 14 M$ non récurrents du MSSS, le CIUSSS de l'Estrie - CHUS a dû sabrer 28 M$. De cette somme, 18 M$ ont été récupérés dans les secteurs administratifs et techniques et 2 M$ au chapitre des approvisionnements.

Économies non récurrentes

Comme il s'agit d'économies non récurrentes, les 14 M$ de l'an dernier seront reportés en 2016-2017, a indiqué M. Coubat (voir autre texte).

Parmi les mesures administratives, on fait ressortir l'abolition de 102 postes de cadre et le non-remplacement des 150 équivalents temps plein par attrition. Les honoraires liés aux vérifications externes ont pour leur part chuté d'un près d'un demi-million du fait de regrouper les 14 établissements et de l'ex-agence régionale en un seul établissement.

Au chapitre des services cliniques, le CIUSSS de l'Estrie-CHUS est parvenu à réduire le temps supplémentaire des infirmières. Celui-ci est passé de 3,8 % en 2014-2015 à 2,8 % en 2015-2016, ce qui s'est traduit par des économies de 1,5 M$. Cette mesure, a expliqué M. Coubat, a eu pour effet « d'améliorer le climat de travail » du fait que les infirmières ont eu à faire moins d'heures supplémentaires.

Le développement d'un outil de gestion des médicaments, notamment des antibiotiques, a permis de réduire la consommation d'antibiotiques en milieu hospitalier de plus de 22 %. Des économies d'échelle ont aussi été réalisées à ce chapitre en tenant compte de l'achat regroupé des 14 établissements que compte le CIUSSS de l'Estrie - CHUS.

La directrice générale du CIUSSS, Patricia Gauthier, a salué l'engagement des administrateurs.

« Malgré tout ce qu'a pu représenter la réorganisation, les compressions, on a réussi à protéger les services et les soins, a-t-elle souligné. Ç'aurait été facile de dérailler dans tout ça, mais on avait des gens engagés à tous les niveaux et c'est ce qui nous a permis d'atteindre l'équilibre. »

Encore 25 millions $ à sabrer

L'ère des compressions budgétaires n'est pas terminée au CIUSSS de l'Estrie - CHUS. Après avoir réussi à jongler avec des coupes de 42 M$ l'an dernier, l'établissement a présenté hier soir à son conseil d'administration un budget de 1,2 milliard $, comprenant des compressions de l'ordre de 25 M$.

Le CIUSSS devra notamment composer avec l'aide non récurrente de 14 M$ que lui avait consentie le ministère de la Santé et des Services sociaux comme mesure transitoire à sa réorganisation. À ce montant s'ajoutent de nouvelles compressions de l'ordre de 11 M$ imposées par Québec, pour un total de 25 M$.

Pour y arriver, le CIUSSS entend sabrer 9 M$ au niveau administratif, notamment par le départ et l'abolition de 150 postes de cadre, 8 M$ en santé physique, 5 M$ en services sociaux et de réadaptation et un peu plus de 3 M$ dans les services techniques.

Appel à la population

Afin d'atténuer l'impact de ces compressions, le CIUSSS lancera aujourd'hui un appel à la population de l'Estrie afin que celle-ci l'aide à optimiser ses services tels que ses blocs opératoires, et ce, sur l'ensemble de son territoire. Ainsi, a expliqué sa directrice générale, Patricia Gauthier, les usagers se verront offrir la possibilité d'être opéré plus rapidement s'ils acceptent de se rendre dans un point de services moins achalandé.

« Notre objectif, c'est d'optimiser nos plateaux techniques partout et non pas d'avoir des plateaux techniques sous-utilisés qui sont moins performants parce qu'ils sont moins utilisés. Plus on en fait, plus on aura du financement additionnel, a-t-elle indiqué. On veut donc systématiser cette deuxième offre aux patients. On va le faire avec plus de marketing, plus de force. Le message qu'on veut passer, c'est que si vous voulez que ces plateaux soient maintenus, il faut mieux les utiliser. On ne pourra pas continuer à les maintenir s'ils sont utilisés à 50 pour cent.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer