L'alzheimer identifiable plus tôt

Le centre de recherche sur le vieillissement a... (Spectre Média, Jessica Garneau)

Agrandir

Le centre de recherche sur le vieillissement a annoncé lundi qu'une séance d'information sur l'alzheimer aurait lieu afin de transmettre aux Sherbrookois les différentes avancés internationales. Entre autres, il serait maintenant possible pour les chercheurs de déceler les traces de la maladie plus tôt chez les patients.

Spectre Média, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Charlotte R. Castilloux</p>
Charlotte R. Castilloux

Journaliste stagiaire

La Tribune

(Sherbrooke) La maladie d'Alzheimer pourrait être détectée plus rapidement chez les personnes porteuses de la maladie, avant même l'apparition de pertes de mémoire. Pour y parvenir, le centre de recherche sur le vieillissement offre une séance d'information et de recrutement pour avancer les recherches dans ce domaine.

Deux études synthèses mettant en lumière les différentes avancées dans le repérage de la maladie d'Alzheimer ont été publiées récemment par les revues, The Lancet et Alzheimer & Dementia. Voyant ses recherches se développer dans le même sens, le Centre de recherche sur le vieillissement (CdRV) jugeait important d'informer le public et de démystifier la maladie.

« On parle souvent des grands doutes liés à la maladie, mais on estime qu'il est important de faire le point sur les avancées internationales que nous vivons », explique le Dr Guy Lacombe, gériatre et chercheur au CdRV.

Avant, les médecins ne pouvaient déceler l'alzheimer qu'aux patients déjà affectés par des pertes cognitives ou des pertes de mémoire. Aujourd'hui, avec les progrès de l'imagerie IRM et les connaissances accumulées sur la maladie, il est maintenant possible d'identifier si les patients sont propices ou non à développer l'alzheimer.

« L'imagerie d'aujourd'hui nous permet de voir des biomarqueurs propres à la maladie dans le cerveau, ce qui serait les premiers indices de traces d'alzheimer, explique le Dr Lacombe. Mais il n'y a pas de raison de faire des dépistages

pour toute la population, nous sommes encore en période de recherche pour trouver des traitements préventifs. »

De 4000 à 6750  cas en Estrie

Alzheimer Canada estime d'environ 4000 à 6750 Estriens seraient atteints de la maladie. D'où l'importance pour le CdRV de continuer ses recherches, mais également d'informer la population sur ses travaux. C'est dans cette optique qu'une conférence grand public est organisée jeudi au Centre d'hébergement D'Youville.

Lors de cette conférence, les Sherbrookois seront invités à poser leurs questions et à partager leurs inquiétudes aux différents chercheurs présents. Des sujets variés comme la recherche, la mémoire et les médicaments seront abordés lors de cet événement.

Cette conférence sera également l'opportunité pour la population d'évaluer sa mémoire à l'aide des séances de test offertes jusqu'au 21 juin. Les chercheurs du CdRV en profiteront aussi pour partager diverses informations sur la recherche. « Combattre et prévenir l'alzheimer ne serait pas possible sans l'aide de la population qui s'implique », explique le Dr Christian-Alexandre Castellano, adjoint de recherche.

D'ici les traitements préventifs, le meilleur moyen de prévenir la maladie est l'entretien cognitif. Selon le Dr Lacombe, l'éducation est un moyen majeur. « Quelqu'un qui développe son cerveau et qui s'assure de l'oxygéner pourrait développer plus tard la maladie », explique le médecin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer