Jacques Saint-Pierre fait un nouveau don au Corridor appalachien

Le professeur à la retraite Jacques Saint-Pierre avait... (Spectre Média, Frédéric Côté)

Agrandir

Le professeur à la retraite Jacques Saint-Pierre avait déjà fait don d'un terrain pour permettre l'agrandissement du parc national du Mont-Orford dans le passé.

Spectre Média, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Un terrain de près de quatre hectares, situé en périphérie du parc national du Mont-Orford, passe entre les mains de l'organisme Conservation des vallons de la serpentine.

Le professeur à la retraite Jacques Saint-Pierre avait déjà fait don d'un terrain pour permettre l'agrandissement du parc national du Mont-Orford dans le passé. Il aurait voulu que ce second terrain serve également à l'agrandissement de cette aire protégée, mais il semble que ce scénario ne pouvait se concrétiser. Il s'est donc tourné vers Conservation des vallons de la serpentine.

« J'ai compris que la Sépaq n'aime pas les servitudes et mon terrain en a justement deux, indique M. Saint-Pierre, également un ancien membre de SOS Parc Orford. Ce n'était donc pas possible avec le provincial cette fois-ci. »

Les servitudes rattachées au terrain sont liées à la présence sur ce dernier de lignes électriques. Mais les fils électriques et les poteaux qu'on retrouve sur place ne diminueraient pas la valeur écologique de cet espace boisé, comptant en outre une forêt de majestueux chênes rouges.

« C'est un patrimoine naturel important, selon moi, déclare Jacques Saint-Pierre. Ce terrain témoigne de ce qui s'est passé lors de la création de la chaîne de montagnes des Appalaches, il y a 500 millions d'années. Le mont Orford n'est pas le résultat d'un ancien volcan, mais plutôt de la dérive des continents comme en témoigne la pierre sur ce terrain. »

Directrice générale par intérim de l'organisme Corridor appalachien, Martine Ruel confirme qu'il s'agit d'un don « très significatif ». « C'est un lien de connectivité important, lance-t-elle. Grâce à lui, on s'approche de la route 112. »

Pour mieux comprendre, il faut savoir que Corridor appalachien tente de créer un long corridor de zones protégées entre le mont Orford et des massifs situés au nord de la Nouvelle-Angleterre. L'un des principaux objectifs est de favoriser la libre circulation des animaux entre les différentes portions du territoire des Cantons-de-l'Est.

Les dirigeants de Corridor appalachien rêvent même que des aménagements soient réalisés pour aider les animaux à traverser l'autoroute 10 à proximité du mont Orford. « Le terrain de M. Saint-Pierre nous donnera un coup de main quand nous négocierons avec le ministère des Transports du Québec », soutient Clément Robidoux, biologiste à l'emploi de l'organisme.

« Notre organisme a dix ans et on est heureux de recevoir ce don à ce stade-ci. C'est une belle contribution », déclare pour sa part François Ducharme, un des administrateurs de Conservation des vallons de la serpentine.

La valeur du terrain serait d'environ 90 000 $. Ayant à coeur la protection de l'environnement, le donateur obtient un crédit d'impôt grâce à sa donation.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer