Un premier verger éducatif à Stoke

En plus des espaces de jeux adjacents à... (Spectre média, Julien Chamberland)

Agrandir

En plus des espaces de jeux adjacents à la garderie maternelle Hibouge et Bilingo de Stoke, les quelque 52 enfants qui fréquentent l'établissement auront accès au Verger des généreux, un premier verger éducatif en permaculture au Québec comportant plus de 206 arbres et arbustes fruitiers dont ils devront prendre soin et qui leur permettront de se régaler.

Spectre média, Julien Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Dans le but de faire la promotion de la santé, de l'environnement et d'une alimentation saine, une garderie maternelle de l'Estrie a porté l'éducation à un autre niveau.

Avec le Verger des généreux, la garderie maternelle Hibouge et Bilingo, située à Stoke, se targue d'avoir inauguré un premier verger éducatif en permaculture au Québec dimanche. En plus des espaces de jeux, les quelque 52 enfants de 18 mois à 6 ans qui fréquentent l'établissement auront donc accès à plus de 206 arbres et arbustes fruitiers dont ils devront prendre soin et qui leur permettront de se régaler.

« L'idée, c'était d'occuper l'espace extérieur pour que les enfants puissent en bénéficier et que ce soit un projet environnemental et rassembleur, souligne la directrice et copropriétaire de Hibouge et Bilingo Elyse Gagnon Pelletier. Les gens ont adopté un arbre pour la vie et ça nous permettra de nous rassembler année après année, de nourrir les enfants en terme de fruits et de leur permettre aussi de participer et d'assister à un écosystème qui est très riche. »

Le verger d'environ 30 000 pi2 a été conçu par l'entreprise sherbrookoise spécialisée en permaculture Écomestible, qui a amorcé les travaux en même temps que la construction de la garderie maternelle, achevée en 2014. D'ici quelques années, celui-ci pourra produire passablement de fruits, indique le copropriétaire Jonathan Pineault.

« On a un calendrier de récolte qui s'en vient prochainement, puisque ça fera une production étalée dans le temps! Il y a 11 poiriers, une dizaine de pommiers, une dizaine de pruniers et une centaine d'arbustes fruitiers. Éventuellement, il pourrait y avoir des récoltes de 200 kg (440 lb) de fruits pour l'ensemble des arbres. »

La production du verger passe cependant au second rang rappelle Mme Gagnon-Pelletier.

« Le but premier d'implanter le verger, c'est la vertu éducative. Chacun des arbres et arbustes qui sont en terre ici est parrainé par un tout-petit. Tous les jours, les enfants visitent le verger, observent tous les éléments de la nature qui grandissent, comme la venue des bourgeons, etc. et ils sentent un sentiment d'appartenance très grand. Ils ont envie de participer, de respecter tout ça et participer aux récoltes. »

Des parents qui assistaient à l'inauguration du verger se disaient très heureux de l'initiative du milieu de garde de leurs enfants.

« C'est une super bonne idée, mentionne Pierre-Luc Perreault. On se le disait en marchant, ils ne sont pas dans une cour en asphalte. Chaque jour, nos enfants marchent dans le verger et découvrent des trucs qu'ils n'auraient pas découverts autrement. C'est un très bel environnement »

« Ça leur permet d'apprendre le respect envers la nature aussi, fait remarquer sa conjointe, Caroline Néron. Lorsqu'ils viennent ici, ils doivent faire attention de ne pas rien briser, d'entretenir les plantes et de s'assurer que tous les éléments restent ensemble pour profiter. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer