Stationnement: les propriétaires de VR sont en colère

Plusieurs dizaines de propriétaires de véhicules récréatifs (VR)... (Spectre Média, Frédéric Côté)

Agrandir

Plusieurs dizaines de propriétaires de véhicules récréatifs (VR) se sont présentés à la consultation publique tenue par la Ville de Sherbrooke mardi soir pour s'opposer au nouveau règlement sur le stationnement des VR.

Spectre Média, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) De nombreux propriétaires de véhicules récréatifs (VR) ont fait entendre leur mécontentement mardi soir lors de la troisième consultation publique tenue par la Ville de Sherbrooke concernant la refonte de son règlement de zonage et de lotissement.

Environ 200 citoyens et citoyennes étaient rassemblés pour assister à la séance. Plus de la moitié de la foule était composée de propriétaires de VR, et quatorze d'entre eux se sont présentés au micro lors de la période de questions pour manifester leur grogne.

C'est que selon la nouvelle règlementation, dont l'entrée en vigueur est prévue en février 2017 si aucun référendum n'est tenu, les VR d'une hauteur de plus de 2,4 mètres ne pourront plus être stationnés devant une résidence. Seul le stationnement sur le côté ou à l'arrière des demeures sera dorénavant permis.

De plus, l'espace de stationnement ou de remisage devra être séparé des terrains adjacents par une clôture opaque ou une haie.

Selon Guy Boutin, président de l'Association de camping et de caravaning (ARCC) du Centre-du-Québec et de l'Estrie, 90 % des gens possédant un véhicule récréatif seraient touchés par cette disposition.

« Chez nous, le terrain est très étroit : je ne peux pas stationner [mon VR] ni de côté ni en arrière », a indiqué le Sherbrookois Michel Petit pour illustrer la préoccupation de plusieurs autres propriétaires.

Bien que peu d'alternatives concrètes au règlement aient été proposées par les citoyens, quelques-uns ont suggéré que la Ville construise un stationnement réservé aux véhicules récréatifs, comme on en retrouve aux États-Unis.

«On s'est basé sur ce qui se fait dans les autres villes. On n'a pas sorti ça de notre chapeau.»


Lorsque le citoyen Patrick Villeneuve a demandé à la Ville d'expliquer sa motivation derrière ce nouveau règlement, Michael Howard, le directeur par intérim du Service de la planification et du développement urbain, a fait valoir que plusieurs plaintes avaient été émises à propos du stationnement des VR. 

« On s'est basé sur ce qui se fait dans les autres villes. On n'a pas sorti ça de notre chapeau, a-t-il affirmé. On a aussi considéré les plaintes qu'on a eues à travers le temps. »

Il faut trancher

La présidente du comité consultatif d'urbanisme, Nicole Bergeron, a ajouté qu'une entente avait déjà été prise avec Guy Boutin et que la Ville rencontrerait l'ARCC dès la semaine prochaine pour discuter avec elle de ce sujet.

« Les membres du conseil eux-mêmes ont trouvé difficile de s'entendre sur [ce nouveau règlement], mais à un moment donné, il faut trancher, a-t-elle avoué. Mais ceci étant dit, on est en mode écoute, et c'est pour ça qu'on vient vous entendre. »

« On va vous rencontrer et on va s'asseoir ensemble pour trouver des solutions. Mais il ne faut pas penser que ce seront juste des solutions pour ceux qui sont propriétaires de VR. (...) Nous, on a à prendre des décisions pour l'ensemble de la population, et les plaintes sont bien réelles, elles existent. »

Pour sa part, le président de l'ARCC, Guy Boutin, semble avoir bon espoir que cette rencontre conduira à un compromis acceptable. « On va parler avec la Ville et on va essayer de trouver une solution », a-t-il conclu.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer