Futur pavillon: la faculté de médecine essuie un refus

La faculté de médecine de l'UdeS caresse un... (Spectre Média, Frédéric Côté)

Agrandir

La faculté de médecine de l'UdeS caresse un important projet de pavillon de médecine personnalisée et de recherche translationnelle, évalué à 57, 5 M $. Elle devra toutefois trouver le financement nécessaire.

Spectre Média, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Alors qu'elle espérait du financement du nouveau programme d'infrastructures fédéral pour son futur pavillon de médecine personnalisée et de recherche translationnelle, la faculté de médecine de l'Université de Sherbrooke devra se tourner vers d'autres sources de financement. Le projet, qui devait d'abord être approuvé au niveau provincial, n'a pas franchi cette étape.

Le futur pavillon, qui aurait une superficie d'environ 5500 mètres carrés, est évalué à 57,5 M$. Il s'agit de l'un des projets sélectionnés par la campagne majeure de financement de l'UdeS.

Le pavillon a pour mission de favoriser le développement de la médecine personnalisée, qui « réfère à des soins individualisés et à une approche centrée sur le patient » et qui doit, par le fait même, mener à des « pratiques et des services de santé taillés sur mesure et plus efficaces ».

En plus de cette mission, le pavillon permettrait aussi à la faculté de répondre à un important besoin d'espace. « On est en déficit de mètres carrés sur notre campus », note le doyen de la faculté de médecine et des sciences de la santé (FMSS), Dr Pierre Cossette.

On retrouve environ 220 étudiants en soins infirmiers, mais ce nombre pourrait grimper à environ 500 d'ici 2018-2019 à Sherbrooke; ces données excluent les étudiants du campus de Longueuil.

« Notre financement de recherche a augmenté de 30 % dans les six dernières années », commente également Dr Cossette. Entre 2010 et 2015, le nombre d'étudiants aux cycles supérieurs est passé de 588 à 817.

Pour la construction de ce pavillon, environ 10 % du financement doit provenir de dons; jusqu'ici, environ 5 % ont été amassés.

Rappelons que le gouvernement fédéral a annoncé la création d'un fonds d'investissement stratégique (FIS) pour les établissements postsecondaires qui fournira jusqu'à 2 milliards de dollars au cours des trois prochaines années. L'objectif est d'accélérer la réalisation de projets d'infrastructures dans les universités et les collèges du pays.

Même si les annonces concernant le FIS sont attendues au cours des prochains jours, le gouvernement provincial a avisé l'institution que le projet de pavillon n'a pas été retenu de son côté. « Je suis assez déçu. C'est comme si le projet n'avait pas été considéré (...) Il reste vivant, on va le soumettre à d'autres programmes », précise Dr Cossette. 

Par ailleurs, comme La Tribune l'écrivait il y a quelques semaines, le dernier budget provincial prévoyait un financement pour le laboratoire de simulation clinique (LSC) de la FMSS et du CIUSSS de l'Estrie-CHUS. Il s'agit finalement d'une somme de 5,2 M$ qui servira à compléter la construction du LSC du côté du campus de Fleurimont et de Longueuil. Même s'il n'était pas complété, le laboratoire avait déjà commencé ses activités.

Celui-ci permet de recréer une salle d'opération ou l'environnement des soins intensifs, pour simuler l'apprentissage de certaines techniques de base nécessaires à certains professionnels. 

Le développement de ce modèle était également prévu à l'hôpital Hôtel-Dieu, mais il a été mis sur la glace en raison du contexte budgétaire.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer