Hébergement illégal : Roy Patterson veut sortir de la zone grise

Roy Patterson... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Roy Patterson

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Voulant s'extirper de la zone grise dans laquelle il évolue depuis plusieurs mois, Roy Patterson souhaite créer une association de locateurs qui utilisent Airbnb afin que ces derniers puissent continuer leurs activités en toute conformité.

Rappelons qu'en avril, La Tribune publiait que l'ancien candidat à la mairie de Sherbrooke faisait la location de quatre logements situés au 221 rue Dufferin par le biais de la plateforme Airbnb. La nouvelle survenait au moment même où des propriétaires de gîtes touristiques sommaient la Ville de Sherbrooke d'agir concrètement afin d'enrayer l'hébergement illégal, un fléau qui leur fait perdre d'importants revenus.

« Même si plusieurs personnes chialent, je n'ai pas l'intention d'arrêter de faire la location d'appartement sur Airbnb, soutient Roy Patterson, mais si je peux contribuer à ce qu'on puisse se conformer, je vais le faire. On pourrait payer une taxe de tourisme.

« Il est illégal »

Plus de 130 logements sont actuellement offerts sur le territoire sherbrookois par l'entremise de la plateforme Airbnb. Si Roy Patterson n'a pas exclut de rencontrer les propriétaires de gîtes pour les informer de sa démarche, ces derniers n'auront pas une oreille attentive si l'on se fie à la réaction du propriétaire des Matins d'Antoine, Ronald Gougeon, contacté par le journal.

« Il n'y aura pas d'entente avec M. Patterson. Il est illégal au Québec et tant que ce sera le cas, on ne s'assoira pas avec lui. Ce n'est pas qu'une taxe de tourisme qu'on paye, ce sont des taxes municipales, des taxes d'hébergement, la TPS, la TVQ et les impôts prélevés en fonction des revenus. Il ne doit pas avoir d'enfants ou ne doit pas utiliser les services publics souvent pour ne pas en être conscient », souligne le porte-parole d'un regroupement qui représente l'Hôtel Times de Sherbrooke, l'Auberge Marquis-de-Montcalm, les gîtes Charmes de Provence, Ile-de-Garde et Au Coeur de l'émeraude, la Villa Marco Polo ainsi que le Motel des Cèdres dans ce dossier.

« En plus, il veut partir un parti politique à Sherbrooke, fulmine M. Gougeon. Peux-tu voter pour un parti politique lorsque la personne qui le démarre travaille dans l'illégalité? C'est un non-sens et c'est illogique. Elles vont aller où mes taxes municipales s'il est élu? C'est impossible de faire confiance à quelqu'un comme ça. Tu ne peux pas jouer sur tous les terrains. »

Selon le Règlement sur les établissements d'hébergement touristique, « tout établissement exploité par une personne qui offre en location à des touristes, contre rémunération, au moins une unité d'hébergement pour une période n'excédant pas 31 jours », constitue un établissement d'hébergement touristique et doit donc s'enregistrer comme tel.

Même si les logements qu'il loue se trouvent à un jeu de pierre de l'hôtel de ville, Roy Patterson soutient qu'aucun employé de la Ville ne l'a contacté ces deux derniers mois pour qu'il apporte des modifications ou qu'il cesse ses activités.

« Ça n'empêche pas que je souhaite collaborer, ne plus être dans une zone grise et que tout soit clair pour tout le monde. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer