Pas de tour des fresques pour le grand public

Les visiteurs qui s'arrêteront à Sherbrooke cet été... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Les visiteurs qui s'arrêteront à Sherbrooke cet été ne pourront plus prendre part au tour théâtralisé Par le chemin des fresques, qui se met en scène sur le site des différentes murales de la ville. Les Productions Traces et Souvenances ne sont plus en mesure financièrement d'offrir des départs réguliers.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Jacynthe Nadeau</p>
Jacynthe Nadeau
La Tribune

(Sherbrooke) Les visiteurs qui se présentent au Bureau d'information touristique de Sherbrooke depuis l'été dernier n'ont plus la possibilité de faire l'un ou l'autre des populaires tours théâtralisés de la ville offerts par les Productions Traces et Souvenances, dont le bien connu Par le chemin des fresques.

La directrice artistique et metteure en scène de Traces et Souvenances, Lysanne Gallant, s'est résignée à abandonner cette proposition touristique, qui animait notamment les grandes murales de la ville, par manque de soutien financier de Destination Sherbrooke, déplore-t-elle.

« Quand il y a eu un changement de cap de Destination Sherbrooke vers les grands attraits, on n'a plus profité de leur soutien. Progressivement, on s'est mis à manger notre fonds de roulement, on a vidé tous nos coffres, on était rendu à payer pour faire la promotion de Sherbrooke alors j'ai arrêté de me battre », raconte Mme Gallant.

« On est encore là pour les groupes qui achètent nos tours, précise-t-elle, mais on ne peut plus se permettre de faire des départs réguliers pour le grand public. On n'a pas les reins assez solides pour payer notre promotion. »

La demande du grand public est pourtant là, constate Lysanne Gallant. L'été, le téléphone sonne tous les deux jours chez Productions Traces et Souvenances pour des visiteurs qui souhaitent réserver quelques places dans un tour guidé.

Cet été, la troupe qui théâtralise l'histoire de la ville depuis 20 ans et qui fait le tour des fresques depuis 2006 va accueillir son 50 000e spectateur en 990 représentations puisque 20 autobus ont déjà réservé un départ.

Et tout ça sans visibilité dans les guides touristiques de Destination Sherbrooke depuis 2014. « Imaginez si on était promu par la Ville! » lance Mme Gallant, qui refuse de monter aux barricades mais qui n'en déplore pas moins la situation. D'autant plus qu'il s'agit pour elle d'une seconde rebuffade en matière de tourisme à Sherbrooke, elle qui avait été virée de la conception du Grand spectacle de l'eau en 2010.

Des explications

Chez Destination Sherbrooke, la coordonnatrice aux communications Amélie Boissonneau explique que depuis 2012, toutes les « entreprises » touristiques comme Productions Traces et Souvenances doivent adresser leur demande d'aide financière au Fonds de développement récréotouristique de l'organisme paramunicipal, qui a été créé en 2011 rappelons-le et qui regroupe sous un même chapeau ce qui était auparavant Tourisme Sherbrooke, Sherbrooke Cité des rivières et CHARMES.

De 2012 à 2015, continue Mme Boissonneau, le FDRT a alloué des sommes sur des critères de nouveautés et d'innovations, ce qui ne correspondait pas aux tours des Productions Traces et Souvenances; qui dans les faits est un organisme à but non lucratif, corrige Lysanne Gallant.

En 2016, les critères du FDRT ont été révisés en trois volets axés sur l'émergence, la performance touristique et la promotion. « On peut penser que Traces et Souvenances pourraient s'inscrire dans le volet promotion, accorde Mme Boissonneau, mais on n'a eu aucune demande d'eux pour 2016. »

« On va aller voir », réplique Lysanne Gallant en confirmant de ne pas avoir complété de demande pour 2016 parce que les délais étaient trop serrés, « mais ça va prendre plus que ça. Ça prendrait une volonté réelle de la Ville de nous appuyer ».

Le FDRT a distribué 155 666 $ à 17 projets en 2016.

« Les tours théâtralisés de Traces et Souvenances sont un produit sur lequel on mise encore beaucoup, dira par ailleurs Mme Boissonneau. Ils font encore partie de l'offre structurée de Destination Sherbrooke pour les voyages de groupes. »

Au visiteur qui se présente au Bureau d'information touristique pour voir les grandes murales de Sherbrooke, l'attrait demandé par 44 pour cent des visiteurs en 2015, Destination Sherbrooke propose d'ailleurs un dépliant suggérant deux parcours de sept ou quatorze murales, une activité de type « cherche et trouve » pour les plus petits, ou encore un circuit sur application mobile BaladoDécouverte.

Le directeur général de Destination Sherbrooke, Denis Bernier, et le président de l'organisme, le conseiller municipal Rémi Demers, n'étaient pas disponibles pour commenter le dossier vendredi.

« Il y a encore une demande pour ça », soutient le conseiller Pierre Tardif

Le président du Comité de la culture de la Ville de Sherbrooke est intervenu auprès de Destination Sherbrooke pour plaider la cause des Productions Traces et Souvenances. Sans grand succès, semble-t-il.

Pierre Tardif entend d'ailleurs soulever la question lundi à la séance du conseil municipal.

« Les tours guidés étaient quelque chose qui parlait réellement de Sherbrooke. Moi-même je l'ai fait à trois reprises avec des gens et tout le monde a toujours apprécié. Je pense qu'il y a encore une demande pour ça sur des départs réguliers. Il y a du potentiel pour un bon nombre de fins de semaine de l'été. Ça fait partie de notre identité ces tours-là», fait valoir M. Tardif.

Le président du Comité de la culture est d'autant plus surpris du désintérêt apparent de Destination Sherbrooke que la Ville de Magog relançait cette semaine, pour une cinquième année consécutive, son concept de visites guidées animées par le comédien Éric Langlois, qu'on connaît bien ici pour son personnage du très sherbrookois sénateur Howard. Magog offre cette tournée du centre-ville ou du quartier des Tisserands au coût de 5 $ par adulte.

Pierre Tardif fait aussi un rapprochement avec le Village québécois d'antan à Drummondville qui année après année, en misant sur le patrimoine et l'histoire, renouvelle sa clientèle et tire son épingle du jeu.

« Les gens de Traces et Souvenances étaient prêts à renouveler leur produit mais Destination Sherbrooke semble passé à autre chose », dit M. Tardif.

« On se demande dans quelle direction en fait », ajoute-t-il.

Le Comité de la culture de la Ville de Sherbrooke a renouvelé pour sa part une subvention de 17 000 $ aux Productions Traces et Souvenances en 2016 pour soutenir d'autres types de création qui cadre dans la mission culturelle, dont les spectacles hommages aux poétesses des Cantons-de-l'Est des années 30 et à Anne Hébert qui ont été présentés dernièrement.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer