Le syndicat redoute des réductions de postes à TVA

Le syndicat des employés de la station sherbrookoise du Groupe TVA dénonce les... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Le syndicat des employés de la station sherbrookoise du Groupe TVA dénonce les coupes à venir dans les installations de la rue King Ouest.

Selon le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP -FTQ), les stations régionales de Rimouski, de Sherbrooke et de Trois-Rivières vont réduire le nombre d'employés.

«Sous le couvert de la modernisation de ses stations régionales afin de permettre la diffusion en haute définition de ses bulletins d'informations, TVA profite de l'occasion pour transférer la réalisation des bulletins de nouvelles à Montréal et réduire le nombre d'employés», affirme le SCFP.

«Cette réalisation du bulletin de nouvelles à partir de Montréal a comme conséquences une diminution de la qualité du contenu local offert aux gens de la région et une perte de contrôle de la production.»

Mercredi à Trois-Rivières, les représentants syndicaux des employés de TVA en région ont soutenu que la station trifluvienne sera la première à « profiter » de la modernisation de ses installations d'ici la fin août. «Cinq postes seront affectés par ce changement, ce qui signifie également des pertes d'emplois pour la région», déclare-t-on.

«La même situation surviendra sous peu dans les régions de Sherbrooke, de Rimouski et de Saguenay. »

« L'objectif de Groupe TVA sera de réaliser les bulletins d'informations régionaux des stations de Rimouski, Sherbrooke et même de Saguenay de la même façon et plusieurs bulletins devront alors être entièrement préenregistrés », d'ajouter Richard Labelle, président du SCFP 4646.

«Nous lançons un cri du coeur. C'est la centralisation de la production à Montréal. TVA nous dit que les stations régionales sont importantes, mais on assiste à des réductions du nombre de postes constamment depuis de nombreuses années.»

Selon M. Labelle, la station de Trois-Rivières sert de «banc d'essai» pour le virage de TVA, mais Sherbrooke est aussi dans les plans. Le changement pourrait se faire d'ici la fin de l'année. Des réductions de postes et d'heures de travail sont aussi à prévoir, prévient-il.

«On sait que ça s'en vient à TVA Sherbrooke. Nous avons perdu du travail, comme le routage, au profit de Montréal», lance-t-il.

«Des caméras-robots pourront être dirigées à distance depuis Montréal. On se pose des questions sur ce qui s'en vient dans les régions. Avec un bulletin préenregistré, l'information de dernière minute se produisant dans notre région, nous ne pourrons la couvrir. Cette perte de contrôle du contenu local en région constitue encore un exemple de la Montréalisation des médias».

Richard Labelle prévoit une «bataille syndicale», car on voudra faire respecter la convention collective en vigueur.

Mise en ondes

À la suite de cette sortie, le Groupe TVA a assuré que les bulletins de nouvelles régionales de ses stations de Rimouski, Sherbrooke, Trois-Rivières et Chicoutimi ne seront pas relocalisés à Montréal.

«Les choix éditoriaux, la cueillette de l'information, le montage et la lecture de nouvelles sont des fonctions qui demeureront en région. Seules certaines activités de mise en ondes seront faites à partir de Québec ou de Montréal», affirme-t-on dans un communiqué de presse.

«Ce nouveau mode d'organisation découle de la décision de Groupe TVA d'investir dans le passage à la technologie haute définition (HD), afin d'améliorer l'expérience offerte à l'auditoire et aux annonceurs. Or, ces investissements étant majeurs, l'entreprise devait concentrer ses opérations techniques de mise en ondes.»

TVA entend protéger le contenu régional et les ressources sur le terrain, «tout en proposant aux Québécois une technologie attendue depuis longtemps en région», sans préciser si des mises à pied sont prévues.

«Nous garderons toujours la possibilité d'être en direct pour chacune de nos stations en cas d'une nouvelle importante de dernière minute.»

Le Groupe TVA emploie plus de 225 personnes à Rimouski, Sherbrooke, Trois-Rivières et Chicoutimi.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer