Une infirmière de Sherbrooke radiée pour 15 mois

Le conseil de discipline de l'Ordre des infirmières... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Le conseil de discipline de l'Ordre des infirmières et infirmiers du Québec estime que Danielle Jomphe a « gravement porté atteinte à la protection du public sous chacun des chefs ».

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) L'infirmière Danielle Jomphe qui exerçait sa profession au CLSC à Sherbrooke vient d'être radiée pour 15 mois.

Congédiée en février 2013, l'infirmière exerçait des fonctions de liaison postnatale en faisant un suivi auprès des mères qui venaient de donner naissance à un enfant.

Elle devait faire des suivis relatifs à la santé du bébé, à la santé de la mère, à l'allaitement et aux compétences parentales sur une période variant selon les besoins.

Elle a plaidé coupable d'avoir « fait preuve de négligence en ne prenant pas les moyens raisonnables pour assurer la continuité des soins et traitement de nombreux clients en omettant d'inscrire les informations nécessaires à leurs dossiers [...] ainsi qu'à d'autres documents liés à la profession entre 2008 et 2012 », de ne pas avoir pris « les moyens de préserver la confidentialité des dossiers de plusieurs clients, qu'elle avait en tout ou en partie en sa possession et sous sa responsabilité » ainsi qu'en février 2015 de ne pas avoir « collaboré en déclarant qu'elle avait détruit des dossiers de plusieurs clients, et ce, alors qu'elle savait ou aurait dû savoir que cette déclaration était fausse ».

« Une première analyse des dossiers révèle que les manquements de l'intimée ont fait encourir des risques à la clientèle, notamment pour les mères éprouvant des problèmes d'allaitement ainsi que celles à qui des antidépresseurs ont été prescrits », mentionne la description des faits de cette décision.

Remords

Lors des représentations devant le conseil de discipline de l'Ordre des infirmières et infirmiers du Québec, elle exprime des remords.

« Elle reconnaît qu'elle a manqué de clairvoyance, de prudence, de perspicacité et de sagacité. Elle n'avait pas d'intention malhonnête, elle s'est noyée elle-même. L'intimée plaide qu'elle a été débordée par le travail et influencée par son rêve de devenir mère auquel elle était confrontée tous les jours », explique la décision.

Le conseil de discipline estime que Danielle Jomphe a « gravement porté atteinte à la protection du public sous chacun des chefs ».

« En matière de gravité objective, la conduite reprochée à l'intimée sous chacun des chefs est grave et porte ombrage à l'ensemble de la profession. Le volet d'exemplarité doit être reflété par les sanctions que le Conseil doit imposer. Il s'agit de l'un des objectifs reconnus dans le cadre de l'imposition d'une sanction en droit disciplinaire. Pour les chefs sous étude, cette notion d'exemplarité trouve son fondement dans la gravité des infractions et dans la nécessité d'assurer la protection du public [...] Le présent dossier n'est pas sans conséquence. Il est préoccupant que le suivi clinique n'ait pas été fait de façon rigoureuse auprès des clientèles présentant des facteurs de risque postnataux. Les notes au dossier sont d'une importance capitale », conclut le conseil de discipline de l'Ordre des infirmières et infirmiers du Québec.

Danielle Jomphe sera rayée du tableau de l'Ordre des infirmières et infirmiers du Québec jusqu'au 25 août 2017.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer