Le BST demeure préoccupé des mesures d'immobilisation des trains

Le Bureau de la sécurité dans les transports du Canada (BST) estime que la... (Archives La Tribune, René Marquis)

Agrandir

Archives La Tribune, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Le Bureau de la sécurité dans les transports du Canada (BST) estime que la recommandation faite à la suite de la tragédie de Lac-Mégantic concernant l'immobilisation des trains est en partie satisfaite.

Dans un rapport modifié en avril dernier, le BST mentionne que le dossier est encore actif.

« Le BST assurera le suivi des progrès de Transports Canada et de l'industrie relativement à la mise en oeuvre de la nouvelle règle et des nouvelles procédures visant à empêcher le matériel roulant de partir à la dérive », explique le rapport de la recommandation faite par le BST à la suite de la tragédie du 6 juillet 2013.

À la suite des recommandations faites par le BST, Transports Canada avait émis en injonction ministérielle exigeante « que les compagnies de chemin de fer améliorent leurs pratiques d'exploitation concernant l'immobilisation du matériel roulant ».

Malgré les mesures mises en place, le nombre d'événements mettant en cause du matériel à la dérive a augmenté en 2015 passant de 30 en 2014 à 42 événements en 2015. La moyenne sur cinq ans est de 36.

« D'autres mesures s'imposent pour réduire le risque que du matériel parte à la dérive et atténuer adéquatement ce risque. Les moyens de défense physiques ne doivent pas se fier aux freins à air en raison de leur manque de fiabilité. Étant donné qu'il est bien connu que les freins à air ont tendance à fuir et que le taux de fuite est généralement imprévisible, ce moyen de défense ne constitue pas un moyen complémentaire approprié aux freins à main. En attendant qu'une évaluation de l'efficacité de la nouvelle règle soit effectuée, il ne sera pas possible de savoir si cette nouvelle norme permet de réaliser les objectifs », explique le rapport du BST.

C'est le Globe and Mail qui a publié ce suivi concernant les recommandations faites par le BST.

Rappelons que dans la nuit du 6 juillet 2013, un incendie s'est déclaré dans la locomotive de tête de la MMA garée à Nantes dont le moteur présentait des problèmes mécaniques depuis plusieurs jours. En éteignant le moteur lors de l'intervention d'urgence, les freins à air ont perdu leur pression annulant sa fonction de retenir le convoi immobile.

Le train fantôme a roulé dans la pente descendante sur une distance de 11 km. Il a pris de la vitesse pour atteindre 105 km/h. Plusieurs wagons ont déraillé avant de déverser environ 7,7 millions de litres de pétrole brut au centre-ville de Lac-Mégantic, brûlant ou contaminant une cinquantaine de bâtiments. Quarante-sept personnes sont mortes lors de cette tragédie.

Une audience à Lac-Mégantic

Le Comité permanent des transports, de l'infrastructure et des collectivités du Canada sera à Lac-Mégantic le vendredi 3 juin et recevra en audition la Coalition des citoyens et organismes engagés pour la sécurité ferroviaire (CCOESF) de Lac-Mégantic.

Cette rencontre et l'invitation de la CCOESF sont sous l'égide du député de Mégantic-L'Érable, Luc Berthold.

Les travaux de ce comité consistent à examiner le travail de Transports Canada et d'Infrastructure Canada, en plus des organismes et partenaires qui relèvent de leurs portefeuilles.

La CCOESF a l'intention d'y aborder la problématique de l'état lamentable de certaines portions de voie ferrée qui traversent Lac-Mégantic, de même que la pertinence d'y construire rapidement une voie de contournement, nécessaire au rétablissement de la santé des Méganticois.

« Nous ne sommes pas satisfaits que le ministre Marc Garneau et le président de la CMQR, John Giles, soient venus nous dire que les rails sont parfaits et sécuritaires, alors que la firme AÉCOM rétorque qu'il faut un investissement de 35 millions $ pour les améliorer, lors du dévoilement de la première phase de l'étude de faisabilité de la voie de contournement ferroviaire », réprouve M. Bellefleur.

Ce dernier a ensuite avoué qu'en tant que porte-parole de la CCOESF, il en était à peaufiner son intervention auprès du Comité permanent des transports, avec les autres membres de son organisme.

« Nous trouvons important de faire connaître la présence de ce comité à Lac-Mégantic, lequel vient lui aussi prendre le pouls de la population, comme l'ont fait les deux députés du NPD, dernièrement. » Avec Ronald Martel

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer