• La Tribune > 
  • Actualités 
  • > Trains à Deauville : Transports Canada a reçu la lettre des citoyens 

Trains à Deauville : Transports Canada a reçu la lettre des citoyens

Transports Canada confirme avoir reçu la lettre du... (Spectre Média, René Marquis)

Agrandir

Transports Canada confirme avoir reçu la lettre du comité de citoyens pour la sécurité ferroviaire de Deauville-Magog, qui réclame l'interdiction des activités d'entreposage et de triage sur les voies ferrées situées en zone urbaine.

Spectre Média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Transports Canada confirme avoir reçu la lettre que leur a envoyée le Comité des citoyens pour la sécurité ferroviaire de Deauville-Magog. Il a été possible de savoir qu'une réponse aux demandes citoyennes sera acheminée sous peu.

Rappelons que les citoyens ont écrit directement au ministre des Transports, Marc Garneau, pour lui demander qu'il interdise les activités d'entreposage et de triage sur les voies ferrées situées en zone urbaine. La porte-parole du regroupement, Anne LeBel, rapportait n'avoir reçu aucun accusé de réception à la missive datée du 28 avril. Elle dénonce entre autres les activités de triage de la compagnie Central, Maine and Québec Railway (CMQR) le long du chemin de Venise.

Lesley Husbands, conseillère en communications - Région du Québec pour Transports Canada, mentionne dans un courriel qu'« en vertu du Règlement sur l'exploitation ferroviaire du Canada, la compagnie de chemin de fer peut utiliser la voie d'évitement pour entreposer des wagons selon leur type d'opérations, et ce, sans restriction de temps. Certaines mesures de sécurité doivent cependant être appliquées ».

Elle ajoute que des exigences strictes ont été mises en place pour protéger les collectivités le long des lignes de chemin de fer. « Le nouveau Règlement d'exploitation ferroviaire du Canada, qui est entré en vigueur en date du 14 octobre 2015, comprend un tableau du nombre de freins à main à serrer pour immobiliser un matériel roulant ou des mouvements laissés sans surveillance et une vérification de l'efficacité des freins à main est requise. De plus, au moins un autre dispositif d'immobilisation physique ou mécanique doit être utilisé. Par ailleurs, les plaintes relatives au bruit et aux incidences que cela engendre peuvent être adressées à l'Office des transports du Canada, qui traite ces aspects du domaine ferroviaire. »

À savoir si le ministre Marc Garneau entend répondre à l'invitation des citoyens pour constater lui-même la situation vécue à Deauville, Mme Husbands indique que « par l'entremise de ses inspecteurs, le ministre Garneau est au fait de la situation à Deauville.

« Le rôle de Transports Canada est de s'assurer que les compagnies de chemin de fer respectent les règlements et les normes en procédant à des vérifications et à des inspections en matière de sécurité ferroviaire. C'est ce que le ministère continue à faire dans ce dossier. »

Quant aux négociations entre la CMQR et Canadian Pacific (CP) pour l'utilisation des voies du centre-ville de Sherbrooke, qui permettraient de réduire l'achalandage dans le secteur de Deauville, CP confirme qu'elles ont toujours cours. Dans un bref courriel, la conseillère aux communications Salem Woodrow écrit qu'« aucune entente n'est encore intervenue ».

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer