Des érables pour remplacer les frênes de la rue Le Royer?

La Ville de Sherbrooke plante des érables entre... (La Tribune, René-Charles Quirion)

Agrandir

La Ville de Sherbrooke plante des érables entre chacun des frênes matures qui constituent la bande boisée située entre la rue Le Royer et le boulevard Université.

La Tribune, René-Charles Quirion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Même si elle n'a pas atteint la région de Sherbrooke, la surveillance se poursuit relativement à l'agrile du frêne.

Au cours des dernières semaines, l'Agence d'inspection des aliments du Canada a installé un piège à insecte sur la rue Le Royer près de l'école secondaire du Triolet.

« Cet insecte s'attaque aux frênes et les fait mourir. Il se propage par le transport du bois de chauffage infesté », stipule l'avis accroché au frêne de la rue Le Royer.

Yves Tremblay, de la division des parcs et des espaces verts de la Ville de Sherbrooke, explique que ce type de piège est installé à Sherbrooke depuis 2012.

« Il est déplacé d'endroit chaque année. Il n'y a aucune zone infestée sur notre territoire. La zone la plus proche se situe à Granby. L'agrile se déplace d'ouest en est vraisemblablement par le transport du bois de chauffage », mentionne Yves Tremblay.

Ce dernier ne veut établir une corrélation entre la prévention relative à l'agrile du frêne et le fait que des érables soient plantés entre chacun des frênes matures qui constituent la bande boisée située entre la rue Le Royer et le boulevard Université.

« C'est un endroit stratégique situé près d'un boulevard. Nous plantons entre 400 et 600 arbres par année sur le territoire », mentionne Yves Tremblay.

La Ville de Sherbrooke dévoilera au cours des prochaines semaines son plan d'action relatif à l'agrile du frêne.

« Nous devons faire approuver ce plan auprès du conseil municipal avant de le rendre public », explique Yves Tremblay.

L'agrile est un insecte qui s'attaque à toutes les familles de frênes, tuant chacun des arbres affectés dans une période de trois à quatre ans.

Les frênes représentent 10 pour cent des essences sur le territoire de la Ville de Sherbrooke. Ce recensement exclut les arbres sur les terrains privés, dans le bois Beckett et dans le parc du Mont-Bellevue. Ils ont notamment été choisis en raison de leur très grande résistance au sel de déglaçage et à la pollution urbaine, de leur croissance rapide et de leur capacité à cicatriser.

Ce coléoptère originaire de Chine a été recensé à Détroit en 2002, à Ottawa en 2010, à Montréal en 2011 et à Granby en 2013. Il perce des trous en forme de D de 3 à 4 mm dans l'écorce. Ses larves creusent des galeries sous l'écorce, empêchant la sève d'atteindre la cime. L'insecte se déplace sur une distance maximale de 10 km et ne vit que 20 jours. On reconnaîtra un frêne infecté à sa cime qui dépérit.

Le frêne pourrait connaître le même sort que les ormes d'Amérique, dans les années 1960, alors que la maladie hollandaise de l'orme avait détruit la vaste majorité des ormes à Sherbrooke.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer