Gastronomie de haut vol au Dîner entre ciel et terre

Yannick Beaupertuis, Marcel Chalifoux et Jean-Guy Roy Jr... (Spectre Média, Frédéric Côté)

Agrandir

Yannick Beaupertuis, Marcel Chalifoux et Jean-Guy Roy Jr attendent 500 personnes pour une expérience gastronomique vertigineuse sur les terrains de l'Estrimont.

Spectre Média, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(ORFORD) Le personnel de l'Estrimont suites et spa attend avec une certaine impatience l'événement Dîner entre ciel et terre, dont il sera un des principaux acteurs.

Le dîner se tiendra sur les terrains de l'Estrimont suites et spa du 29 juin au 2 juillet. Plus de 500 personnes devraient vivre une expérience gastronomique hors de l'ordinaire.

Les convives pourront en effet déguster un repas ou quelques amuse-gueule sur une plate-forme soulevée par une grue à environ 50 mètres au-dessus du sol. Le personnel qui les servira proviendra de l'Estrimont.

Chef de l'établissement hôtelier, Cyril D'Acarrio se montre enthousiaste à l'idée de monter sur la plate-forme pour faire son travail. « Je vais en profiter, lance-t-il. Je n'ai jamais eu ce genre d'opportunité. »

Habitué à cuisiner sur la terre ferme, M. D'Acarrio confie que les hauteurs ne l'effraient pas. « Depuis que je suis jeune, j'ai toujours été à l'aise quand je me trouve à plusieurs mètres du sol », note-t-il.

L'expérience risque toutefois d'être un peu plus stressante pour les convives qui seront assis tout autour de la plate-forme. Ceux-ci auront en effet les pieds dans le vide, contrairement au chef cuisinier qui sera debout au centre.

« C'est une première pour nous à l'Estrimont, note le grand patron de l'hôtel, Yannick Beaupertuis. C'est excitant pour mon équipe de s'impliquer dans cet événement. »

La sécurité d'abord

Président de l'entreprise Dîner entre ciel et terre, Marcel Chalifoux affirme que les règles qui régissent ce type d'événement au Québec sont strictes. La sécurité des convives est une priorité pour les organisateurs.

« La grue qu'on utilise pour faire monter les gens dans les airs pourrait soulever une dizaine de plates-formes comme celle qu'on possède. C'est très sécuritaire », note M. Chalifoux, en ajoutant que chaque convive est attaché à son siège par trois ceintures.

Si l'événement se déroulera pour la première fois en Estrie, il est néanmoins bien rodé. On retrouverait des équipes offrant ce type d'expérience dans plus de 40 pays à travers le monde. Le concept provient de la Belgique.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer