Vingt-quatre heures à Sherbrooke

La huitième étape du Circuit des murales nous... (Archives, La Tribune)

Agrandir

La huitième étape du Circuit des murales nous ramène dans le Sherbrooke de 1957, dans le quartier autrefois baptisé Le Petit Canada. La fresque intitulée Les belles années a été peinte en 2005, au 364 rue Alexandre.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Jacynthe Nadeau</p>
Jacynthe Nadeau
La Tribune

(SHERBROOKE) Vingt-quatre heures à Sherbrooke, c'est court. Bien trop court!

Mais puisque c'est le défi et qu'on n'a qu'une chance de faire une première bonne impression, vaut mieux en profiter pour vous convaincre qu'il faudra revenir... ou rester plus longtemps.

Premier arrêt, la promenade de Lac-des-Nations, qui trône au coeur de la ville et qui ceinture le joli lac des Nations. La boucle de 3,5 kilomètres, qui se marche, se court, se roule, à patin ou à vélo, été comme hiver, est bordée à une extrémité par le marché de la Gare et à l'autre par le magnifique parc Jacques-Cartier, deux lieux qui s'animent de différentes activités toute l'année durant.

C'est également à cet endroit que le train touristique Orford express fera une courte escale de 48 minutes quand il recommencera ses balades en juin.

Après un lunch étiré sur la terrasse du Siboire, une des cinq microbrasseries de la ville, celle-là avec une terrasse qui donne sur le parc Jacques-Cartier, on se remettra en marche vers les sentiers de la gorge de la rivière Magog pour gagner le centre-ville.

En route on s'arrêtera au bureau d'information touristique du 785 rue King Ouest, près du pont Montcalm, pour prendre une carte du centre-ville et se composer un court itinéraire permettant d'admirer quelques-unes des 13 fresques murales en trompe-l'oeil qui composent un véritable musée à ciel ouvert, encore unique au Canada.

Ce projet du collectif MURIRS (Murales urbaines à revitalisation d'immeubles et de réconciliation sociale), dont la première oeuvre a été inaugurée en 2002, a mené à la création du Symposium Art Mural Sherbrooke en 2014, qui a lui-même donné une dizaine d'oeuvres murales aux arrondissements de Fleurimont et de Lennoxville ces deux dernières années.

Si le temps vous le permet, les fresques murales peuvent être visitées plus à fond avec des commentaires en Baladodécouverte, avec un jeu Cherche et trouve pour les plus petits, ou encore en tour guidé théâtralisé par les Productions Traces et souvenances, nommé Par le chemin des fresques.

Arrivé au centre-ville, il faudra réserver sa place à l'une ou l'autre des tables de ces chefs créateurs qui ont choisi Sherbrooke pour oeuvrer depuis quelques années, faisant de la ville une destination gourmande de plus en plus courue.

Puis, sortez le Stetson et les bottes pour aller entendre la revue musicale country Cowboys, de Willie à Dolly, de la troupe Québec Issime, qui en sera à sa troisième été sur la scène extérieure couverte de la place Nikitotek, directement au centre-ville au carrefour des rivières Magog et Saint-François.

Quelques bars et terrasses vous feront de l'oeil à la sortie du spectacle et en remontant la côte King tranquillement, au clair de lune, vous pourrez vous arrêter dormir à l'hôtel Times, que vous aurez repéré quelques heures plus tôt puisqu'il surplombe le centre-ville, et d'où vous aurez une vue imprenable sur le lac des Nations au réveil.

Pour quelques heures de plus

Vous êtes convaincus et vous pensez rester plus longtemps?

Les touristes de type urbain noteront que le centro mérite une sérieuse virée de magasinage et que de nombreux festivals célèbrent la musique, la gastronomie, l'humour et les feux d'artifice, tout à la fois ou séparé, à un moment ou l'autre de l'été à Sherbrooke.

Les sportifs réserveront leur départ en kayak ou en canot sur la rivière Magog pour voir la ville d'un autre angle ou enfourcheront leur bécane pour mouliner tranquillement sur le réseau cyclable des Grandes-Fourches ou plus intensément dans les pentes du mont Bellevue.

Les amants d'histoire et de culture se composeront une journée dans les musées et centres d'interprétation de la ville, en se rappelant que le Musée de la nature et des sciences accueille tout l'été l'exposition temporaire La petite vie, que le Musée des beaux-arts expose des oeuvres du sculpteur britannique David Spriggs, que l'art se vit aussi couleur nature, du côté des Jardins réinventés de la Saint-François à la Maison des arts et de la culture de Brompton, et qu'on peut prendre le thé à l'anglaise au Centre culturel et patrimonial Uplands et s'imprégner de l'héritage anglo-saxon en déambulant dans le Vieux-Nord avec les guides de la Société d'histoire de Sherbrooke.

Enfin, les petites familles se donneront rendez-vous au parc Lucien-Blanchard où on trouve une plage urbaine ensablée, la possibilité de louer plusieurs types d'embarcations, des jeux extérieurs et la Maison de l'eau qui propose l'exposition Vivant en bibitte! sur tous ces reptiles, amphibiens et poissons qui captivent bien des enfants!

Le site à visiter avant de partir

www.destinationsherbrooke.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer