La musique envahit l'UdeS

Le clarinettiste et humoriste, Christopher Hall, lançait, jeudi... (Spectre Média, Marie-Lou Béland)

Agrandir

Le clarinettiste et humoriste, Christopher Hall, lançait, jeudi soir, le 87e Festival des Harmonies avec un concert classique comique à la salle Maurice-O'Bready.

Spectre Média, Marie-Lou Béland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Charlotte R. Castilloux</p>
Charlotte R. Castilloux

Journaliste stagiaire

La Tribune

(SHERBROOKE) Pas moins de 8000 jeunes musiciens fouleront le plancher de l'Université de Sherbrooke. Ayant travaillé d'arrache-pied toute l'année, ces jeunes du primaire, du secondaire et du collégial se réunissent cette fin de semaine pour une expérience haute en musique.

La 87e édition du Festival des harmonies et orchestres symphoniques du Québec s'ouvrait jeudi soir avec un spectacle d'ouverture teinté d'humour. Le clarinettiste et humoriste Christopher Hall était présent pour offrir un concert classique comique accompagné de musiciens sherbrookois.

Le Festival des harmonies, «c'est plus qu'une compétition, c'est une grande fête», explique Jean-Marie Messier, directeur général du Festival des harmonies. Car, en plus de développer leurs compétences musicales, les musiciens se regroupent et échangent entre eux. C'est un beau moment pour eux d'échanger avec d'autres jeunes de leur âge qui partagent les mêmes intérêts.

«On ne veut pas que ça soit compétitif, mais quelque part, il y a un élément de compétition», précise M. Messier, car, même si elles sont amicales, les différentes compétitions auxquelles participent les musiciens seront omniprésentes pendant la fin de semaine. Considérant les nombreux talents présents sur le campus de l'Université de Sherbrooke, la compétition sera de haut niveau. «C'est leur coupe Stanley», s'amuse à dire M. Messier, en précisant que les institutions présentes s'arrachent les premières places et sortent très fières des performances de leurs étudiants.

Malgré l'aspect compétitif, le Festival des harmonies reste une occasion pour les jeunes de valider le travail et les efforts qu'ils ont mis et de se comparer avec d'autres talents de leur niveau. Les musiciens participent à ce festival, oui pour montrer ce dont ils sont capables, mais surtout dans le but d'obtenir des commentaires de juges influents afin de s'améliorer dans le domaine qui les passionne.

Un atout pour Sherbrooke

En plus d'être formateur pour des milliers de jeunes, le Festival des harmonies fait rayonner la ville de Sherbrooke auprès de familles provenant de partout au Québec. Plusieurs nouveaux étudiants de l'Université vont même jusqu'à dire qu'ils ont connu le campus grâce au Festival des harmonies.

Sans oublier que cette fin de semaine musicale est un joueur économique important pour la région. «Ce sont des retombées directes d'environ 2,5 millions $ par année que génère le Festival», soutient M. Messier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer