Des enfants au camp St-Pat's en septembre 2017

Lawrence M. Pye, président de l'Association St-Pat's Old... (Spectre Média, Jessica Garneau)

Agrandir

Lawrence M. Pye, président de l'Association St-Pat's Old Boys, Ronald Davidson, directeur général de la Société pour les enfants handicapés du Québec (SEHQ), Jean R. Fabi, président de FlexGroup, et Jean Duchesneau, président de la SEHQ, ont uni leurs forces pour transformer le camp St-Pat's, qui s'étend sur plus de 200 acres sur les rives du lac Stoke, en colonie de loisirs adaptée pour les enfants handicapés et défavorisés.

Spectre Média, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Situé sur les rives du lac Stoke, le camp St-Pat's sera transformé en une colonie de loisirs adaptée pour les enfants handicapés et défavorisés de tous âges. L'endroit deviendra également un camp d'entraînement pour les athlètes paralympiques.

Ce projet de revitalisation, résultant d'une alliance entre l'Association St-Pat's Old Boys et la Société pour les enfants handicapés du Québec (SEHQ), comprend la construction d'une grande auberge où tous les enfants seront rassemblés.

« On va pouvoir accueillir 70 enfants par séjour de 10 jours, 4 séjours par été. L'hiver, on va avoir 20 week-ends. On devrait avoir, en tout et partout, 280 enfants l'été et à peu près 500 enfants plus âgés au cours des autres saisons », mentionne Jean R. Fabi, fondateur, président et chef de la direction de FlexGroup.

Représentant un investissement total de 5 millions de dollars, la remise à neuf du camp devrait être terminée en septembre 2017.

« Ce projet-là, on en parle depuis 2013, mais il a fallu surmonter plusieurs défis », a affirmé M. Fabi.

Au cours de la dernière année, le projet d'aménagement a en effet dû obtenir de nombreuses approbations, dont celle de la municipalité de Stoke, de la MRC du Val Saint-François du ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire et de la Commission de protection du territoire agricole du Québec.

L'union fait la force

Les instigateurs de ce projet pourront aussi compter sur l'appui du cabinet d'architecture Lemay, de l'entreprise de construction Pomerleau et de la firme de génie-conseil WSP.

Louis Lemay, président de la firme d'architecture Lemay, s'est dit « heureux de mettre à profit les meilleurs talents de [son] cabinet pour faire du bâtiment principal du camp St-Pat's une référence de design dans le monde ».

« Cet objectif est ambitieux, mais nous sommes guidés par le sentiment que les enfants handicapés méritent, eux aussi, un traitement qu'on ne réserve habituellement qu'à l'élite de notre société », a-t-il ajouté.

Quant à lui, le président-directeur général de Construction Pomerleau, Pierre Pomerleau, est habitué d'offrir ses services pour de bonnes causes.

« Après la construction d'un orphelinat en Haïti, à la suite du séisme de 2010, nous étions à la recherche d'un projet s'inscrivant dans la tradition de Pomerleau d'offrir son expertise à des projets susceptibles de changer la vie des personnes vulnérables », a-t-il dit pour expliquer sa participation.

Les relations entre ces différents partenaires ont été consolidées par Jean R. Fabi, de GroupFlex, qui s'est également beaucoup impliqué dans le financement de ce projet d'envergure.

Il est entre autres l'instigateur du Cabaret du Mont-Royal, un événement de collecte de fonds annuel ayant permis d'amasser 2,6 millions de dollars au profit de la SEHQ au cours des cinq dernières années.

Nouvelle porte-parole

La Société pour les enfants handicapés du Québec a également profité de l'annonce de ce projet pour dévoiler l'identité de sa nouvelle porte-parole, la médaillée paralympique et sénatrice Chantal Petitclerc.

« C'est une immense fierté pour la grande famille de la Société de pouvoir compter sur l'appui d'une femme qui personnifie la détermination et la passion, deux qualités qui inspireront sûrement les enfants handicapés et les encourageront à miser sur leurs habiletés, plutôt que leurs incapacités, dans la poursuite de leurs ambitions », a affirmé Jean Duchesneau, président de la Société.

« Qui sait, de conclure M. Duchesneau, on assistera peut-être un jour, à Stoke, au Camp St-Pat's, à l'émergence d'une autre Chantal Petitclerc! »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer